Le pays hôte des Assemblées 2015 de la BAD offre une réception en l’honneur des chefs d’État

27/05/2015
Share |

Ce mardi 16 mai 2015, le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a offert une réception en l’honneur de ses hôtes. Ont répondu présent les chefs d’État et de gouvernements venus aux Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), le président  de l’institution Donald Kaberuka, la présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, la Mozambicaine Graça Machel, les ministres à la tête de leurs délégations respectives, les gouverneurs de la banque et de nombreux invités, dont des membres du corps diplomatique. Ce fut une belle soirée, ponctuée de la participation du Ballet national de Côte d’Ivoire.

Cette soirée a été marquée par un échange de toasts entre le président Alassane Ouattara et le président de la BAD. Le Sénégalais Babacar Ndiaye et le Ghanéen Kwame Donkor Fordwor, tous deux anciens présidents de la Banque, étaient aussi de la partie.

Dans son allocution, le président de la BAD est revenu sur les 50 ans de l’institution – un âge on ne peut plus symbolique. Pour lui, le moment est venu de jeter un regard rétrospectif sur le chemin parcouru pour mieux se tourner vers l’avenir. Rendant hommage aux fondateurs de la BAD, il a déclaré : « nous avons été fidèles à leurs idéaux ». Les débuts de l’institution furent modestes, a rappelé Donald Kaberuka, avec une dizaine de collaborateurs seulement. « De nombreuses personnes ont joué un rôle important pour le fonctionnement de la BAD et je voudrais rendre un hommage appuyé aux États, aux partenaires, à mes illustres prédécesseurs, au personnel qui a servi avec loyauté, et enfin à ceux qui ne sont plus de ce monde », a poursuivi le président de la BAD. Et de souligner que la Banque a su rester une institution dynamique dans un continent en pleine mutation. D’ailleurs, le cercle des amis de la BAD n’a cessé de s’agrandir au fil des ans. Donald Kaberuka a exprimé un souhait : voir préservée la santé financière de la BAD. Avant de conclure que, face aux nouveaux défis, il faut continuer à consolider l’institution, source d’espoir pour l’avenir de nombreux Africains.

Pour sa part, le président ivoirien, qui a commencé par souhaiter la bienvenue à ses convives, a dit combien il se réjouissait d’abord de la tenue des Assemblées annuelles, la première grande rencontre depuis le retour de la BAD à sa maison-mère. Un retour qui, selon Alassane Ouattara, a suivi la feuille de route décidée par le Conseil des gouverneurs. Le président ivoirien a ensuite remercié les partenaires tels que la BAD, qui contribuent au progrès social et économique des pays africains.