13ème reconstitution des ressources du FAD- Satisfecit des plénipotentiaires

19/11/2015
Share |

Les travaux entrepris dans le cadre de la 13ème reconstitution des ressources du Fonds africain de développement (FAD-13) sont en bonne voie et devraient être achevés dans les temps. Tel est le message collectif qui se dégage de la réunion des plénipotentiaires du FAD et de la direction du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) tenue à Abidjan du 11 au 13 novembre 2015 dans le cadre de la revue à mi-parcours de la mise en œuvre du FAD-13. Prenaient part à la rencontre, des représentants de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Malawi ­-admissibles aux concours du FAD- ainsi que par des observateurs d’autres institutions financières internationales, notamment ceux de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement.

Dans son intervention inaugurale, le président du Groupe de la BAD, Akinwumi Adesina, a remercié les donateurs de leur soutien continu à l’Afrique. Tout en saluant ce qui a été accompli, Adesina a reconnu qu’il restait encore beaucoup à faire, et qu’un accent particulier serait mis sur la mise en œuvre de la stratégie 2013-2022 de la Banque qui vise à l’atteinte des cinq grands objectifs de développement que sont : Éclairer l’Afrique et la pourvoir en énergie, Nourrir l’Afrique, Industrialiser l’Afrique, Intégrer l’Afrique et Améliorer la qualité de vie des peuples africains. « Nous allons faire davantage, nous le ferons mieux et nous le ferons plus efficacement », a-t-il déclaré. 

Les plénipotentiaires du FAD ont félicité la BAD pour son retour à Abidjan et pour la réussite de cette opération. En outre, ils se sont réjouis des démarches entreprises pour établir un ordre de priorité dans les opérations de la Banque ainsi que de ses interventions rapides pour faire face à l’épidémie d’Ebola. Diverses questions essentielles ont été débattues, concernant notamment les conclusions d’une évaluation indépendante des engagements pris sous les FAD-12 et FAD-13, les priorités opérationnelles du Fonds et l’efficacité institutionnelle du Groupe de la Banque. Les progrès en matière de soutien à des pays en situation fragile ou en transition ont aussi été évoqués. Les participants ont noté avec satisfaction que le FAD avait fait des progrès importants en intégrant la dimension du genre à ses opérations, en produisant des résultats décisifs sur le plan de l’autonomisation des femmes dans des domaines tels que les transports, l’agriculture, l’eau et l’assainissement. Ils ont également salué l’action de la Banque dans des pays faisant face à des situations fragiles. Ils ont convenu que le FAD avait changé les vies de millions d’Africains et, compte tenu des changements ainsi opérés, ils se sont promis d’accorder leur soutien plein et entier au FAD-14 afin que celui-ci puisse s’attaquer aux problèmes de la fragilité et contribuer à la résilience du continent. La Suisse a annoncé qu’elle allait accroître sa contribution au FAD à raison de 21 millions de francs suisses (21,2 millions de dollars EU).

Les participants ont effectué une visite du Projet Gourou de gestion intégrée de bassin versant dans quatre districts d’Abidjan. Appuyé par un don de 31 millions de dollars EU du FAD, ce projet a profité à 2,8 millions de personnes. Pour faire face aux graves inondations qui se produisent annuellement et aux problèmes sanitaires et économiques que celles-ci entraînent, le FAD a appuyé la remise en état et le développement d’infrastructures d’assainissement et de drainage des eaux d’orage. « Maintenant nous n’avons plus rien à craindre », a déclaré une mère de famille aux plénipotentiaires. « Cet endroit est devenu plus attrayant et propre ».

À propos du Fonds africain de développement

Le Fonds africain de développement (FAD) est le guichet concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Il a pour mission de contribuer à la réduction de la pauvreté et au développement économique et social des pays africains à faible revenu. Établi en 1972, il est devenu opérationnel en 1974. Depuis sa création, le Fonds a octroyé plus de 40 milliards de dollars EU en prêts et en dons. L’éventail des 40 pays éligibles au FAD s’étend à ceux qui sont encore fragiles et nécessitent une aide spéciale pour assurer des niveaux de services de base, à ceux qui sont au seuil de la solvabilité et aux pays à revenu intermédiaire.

En 2013, les participants ont convenu de reconstituer le fonds à hauteur de 7,3 milliards de dollars EU pour la période de 2014 à 2016, dont 1 milliard sera consacré à une facilité spéciale en faveur d’États en situation fragile. Cette reconstitution a bénéficié de contributions de 5,8 milliards de dollars EU de la part des donateurs, en légère progression par rapport aux contributions versées au FAD-12 (2011-2013).