Distorsions des incitations et politique agricole en Tunisie : analyse préliminaire

12/04/2012
Share |

Depuis le début des années 1990, la Tunisie a mis en œuvre de profondes réformes dans le secteur agricole consistant à supprimer la protection des frontières, à réduire les subventions aux facteurs de production et à laisser les forces du marché déterminer la valeur des biens. Toutefois, ces réformes demeurent incomplètes et l'intervention des autorités publiques dans les marchés et les structures agricoles reste importante.

Bien que les mesures mises en place soient nécessaires pour protéger les produits locaux contre la concurrence étrangère, et afin de garantir la sécurité alimentaire et les revenus des agriculteurs, elles sont souvent considérées comme une source de distorsion pour la production et le commerce. Elles peuvent  diminuer l'efficacité et la compétitivité du secteur agricole mettant ainsi en cause ses perspectives de développement.

La publication Distorsions aux incitations et politique agricole en Tunisie : analyse préliminaire cherche à montrer l'impact des effets de distorsion de ces mesures en évaluant la politique agricole et le soutien des prix en Tunisie et en quantifiant les distorsions causées par diverses mesures.

L'article conclut qu’au niveau national, la protection agricole et les mesures de soutien influent sur les choix stratégiques de production qui, d'un point de vue de l'allocation des ressources, sont plus coûteux que bénéfiques. Les barrières tarifaires évitent que les ressources soient allouées à d'autres secteurs, même si elles peuvent être utilisées d'une manière plus productive ailleurs. En outre, le régime tarifaire peut être nocif pour les activités qui entrent en concurrence avec les importations.

Enfin, les droits de douane créent une distorsion à l'exportation par laquelle les investisseurs orientent leurs investissements vers la production de biens importables hautement protégés au détriment des produits exportables. Le passage d’une politique agricole protectionniste, axée sur le soutien, à un nouvel environnement de marché, nécessite une amélioration des conditions, du cadre et de la réglementation du secteur agricole.