Djibouti : atelier régional sur le développement de l’élevage et la préparation à la sécheresse

Share |

De: 14/09/2011
A: 15/09/2011
Lieu: Djibouti

La Banque africaine de développement (BAD) a commandé en octobre 2008 une étude régionale sur le développement durable de l’élevage dans la Corne de l’Afrique. Suite à cette étude, un atelier de validation de deux jours débute le mercredi 14 septembre 2011 au Kempinski, Palace de Djibouti.

L’atelier régional sera ouvert par le ministre djiboutien de l’agriculture, de la pêche, de l’élevage et des ressources marines, Mohamed Awaleh et par le directeur par intérim du département Agriculture et agro-industrie de la BAD, Abdirahman Beileh. Il vise à recueillir les réactions des pays de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (Intergovernmental Authority on Development, IGAD) et à garantir l’appropriation et la validation du rapport d’étude. Il devrait permettre aux états membres de classer par priorité les interventions qu’ils pourraient appuyer et mettre en œuvre.

Le secrétaire exécutif de l’IGAD, Mahboub Maalim, et M. Beileh de la Banque africaine de développement , prendront la parole à l’ouverture officielle de l’atelier, auquel participeront des représentants des états membres de l’IGAD, entre autres des responsables des services vétérinaires et de la production animale, ainsi que des représentants des organisations régionales et des organisations internationales. Ont également été invités à l’atelier d’autres partenaires au développement, comme l’Union européenne et la Banque mondiale.

L’étude, base de l’atelier régional, vise à documenter la situation actuelle de l’élevage dans la grande région de la Corne de l’Afrique. Elle propose des mesures de développement à court, moyen et long terme, comme fondement de l’intervention de la Banque dans ce domaine. Elle identifie les possibilités d’interventions dans les orientations économiques, l’eau, les modes de vie des éleveurs, la pêche et les questions transversales telles que le genre et l’environnement.

L’étude constate un déficit important de financement pour ce secteur dans la région de l’IGAD et propose plusieurs options pour combler ce déficit. De l’atelier devrait donc sortir un rapport validé, avec des suggestions pour aller de l’avant (et des profils de projets régionaux et nationaux débouchant sur des investissements réels dans les modes de vie à la campagne).