L’Afrique doit faire en sorte que la croissance qui s’accélère en 2014 soit inclusive, Donald Kaberuka

21/05/2014
Share |

La croissance économique qui est demeurée solide en 2013, dans bon nombre de pays africains, devrait s’accélérer en 2014. C’est la raison de l’appel lancé,  à Kigali,  par le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, le 21 mai, à l’occasion de la présentation du Rapport annuel de l’institution. Car, a-t- il a averti, pour être durable, les fruits de la croissance doivent être plus équitablement partagés. La création d’emplois reste partout la priorité absolue.

Cette mobilisation est d’autant plus nécessaire a estimé le patron de la BAD que l’économie mondiale montre de timides signes de reprise. Toutefois, dans les pays émergents, le retrait des mesures de stimulation monétaire risque de peser sur la croissance.

Selon Kaberuka, l’appui de la BAD à ses pays membres demeure constant. C’est ainsi qu’en 2013, la Banque y a engagé pour les projets et programmes 6,7 milliards de dollars, un montant  en hausse de 3 % en termes réels par rapport à l’année précédente.

« Conformément à notre stratégie, l’essentiel de ces investissements a été consacré à l’infrastructure. La baisse du niveau global des financements du guichet BAD a été largement compensée par la progression de ceux du Fonds africain de développement (FAD), notre guichet concessionnel », a-t-il poursuivi. A ce titre, Kaberuka n’a pas manqué de louer les pays membres pour leur contribution au FAD.

Kaberuka a indiqué que malgré l’austérité budgétaire ambiante, la treizième reconstitution du FAD a connu une conclusion satisfaisante en septembre 2013.  Il s’est également félicité de l’arrivée de la Libye, de l’Angola et de la Turquie parmi les contributeurs et espère que d’autres pays africains ne tarderont pas à  faire de même.

L’année 2013  a marqué le début de la mise en œuvre de la Stratégie décennale de la BAD. Nous avons progressé vers la mise en place d’un nouveau véhicule de mobilisation des ressources en Afrique et ailleurs dans le monde pour financer les projets d’infrastructure sur le continent. Le chantier de la décentralisation enregistre également des avancées régulières. La proximité avec les pays rejaillit favorablement sur nos interventions et notre dialogue avec les partenaires. Créée en 1964, la BAD célèbre cette année ses  cinquante ans d’existence.