Donald Kaberuka en Afrique centrale pour intensifier la coopération de la BAD avec le Congo et le Gabon

24/02/2014
Share |

 

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, sera en visite à Brazzaville au Congo et à Libreville au Gabon du 24 au 27 février 2014 pour réitérer l’engagement de son institution à poursuivre et intensifier les relations de coopération avec les deux pays.

Au cours de cette mission, les  portefeuilles respectifs et les priorités relatives à une meilleure intégration régionale en vue d’un développement inclusif et durable de cette zone du continent africain seront revus.

Autre point important  au menu de cette visite : le Fonds « Afrique 50 ».  Ce Fonds est un instrument financier créé par la BAD pour mobiliser le financement privé et accélérer la réalisation d’infrastructures en Afrique afin de créer une nouvelle plateforme pour la croissance. « Afrique 50 » entend se focaliser sur des projets ayant un grand impact sur le plan national et régional dans les secteurs de l'énergie, du transport, des Technologies de l’information et de la communication et de l'eau.

Au cours de son séjour, Kaberuka rencontrera les présidents Denis Sassou Nguesso du Congo  et Ali Bongo Ondimba du Gabon. Des séances de travail sont également prévues avec des membres des gouvernements, des partenaires techniques et financiers et des représentants du secteur privé.

Le soutien de la BAD à l’intégration des pays de l’Afrique centrale est consacré par un Document de stratégie d’intégration régionale.  Cette stratégie a pour but de contribuer à réduire la pauvreté à travers le développement des infrastructures régionales et le renforcement des capacités institutionnelles et humaines des dix pays de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC).

Les interventions de la BAD dans la région contribuent à accroître les échanges commerciaux intra régionaux, améliorer l’accès des populations aux services de transport, d’électricité, de télécommunication, et consolider la croissance dans le secteur privé non-pétrolier.  Elles aident aussi à  mettre en valeur le potentiel agricole, transformer localement les ressources naturelles de la région et apporter un appui à la gestion et la protection de l’environnement.