Les donateurs font le point sur les progrès accomplis par la Facilité africaine de soutien juridique

24/05/2016
Share |

From left to right: Christian Kampen (KfW), Thomas Dave (KfW), Kristin Teigland (Norway), Stephen Karangizi (ALSF), Jennifer Mullonney (Canada), Holger Grundel (United Kingdom), and Pyke Polderman (Netherlands).

Lors de la deuxième table ronde des donateurs de la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF) qui s’est déroulée à Lusaka en Zambie, les donateurs sont convenus à l'unanimité que l’avantage comparatif de l’ALSF réside dans son modèle et son mandat, qui vise à créer un environnement porteur pour le secteur privé et à résoudre les problèmes de fragilité en matière de droit commercial. En outre, les participants ont estimé  par voie de conséquence,  queles banques de développement multilatérales, en particulier la Banque africaine de développement (BAD), peuvent en tirer parti afin de maximiser leur impact et leurs contributions dans les pays membres régionaux (PMR). 

Tenue dans le contexte d’une approche harmonisée et cohérente adaptée en 2015 par l’ALSF et ses donateurs en vue de structurer le dialogue et les mécanismes de réalisation d'objectifs stratégiques communs, cette table ronde a été organisée dans le but de discuter et de décider d’approches programmatiques et de domaines de synergie potentielle qui, à terme, contribueront à la réalisation de changements en Afrique.

À la lumière des enjeux mondiaux qui se font jour et des programmes de développement émergents, la réunion a donné à l’ALSF et à ses donateurs la possibilité de dresser le bilan des progrès réalisés dans les aspects du droit commercial portant plus particulièrement sur le traitement des litiges, sur les services de conseils et sur le renforcement des capacités des PMR.

Compte tenu des discussions en cours avec l'Union européenne dans le cadre du Programme panafricain en soutien au programme politique de la Stratégie conjointe Afrique-UE, il convient de noter la signature prochaine de l'accord avec la banque de développement allemande (KfW) dans le contexte du CONNEX. Les participants y ont vu des exemples pratiques du rôle de partenariat de choix que l’ALSF est en mesure de remplir sur des questions stratégiques mondiales.

Les donateurs ont également délibéré sur la viabilité future de la Facilité par la mise en œuvre d'instruments financiers ne relevant pas de subventions, qui suscitent un vif intérêt auprès de nombreux PMR de la BAD. On a en outre évoqué les perspectives d'une éventuelle mobilisation de ressources auprès de PMR par le moyen de contributions basées sur la valeur nette des services proposés par l’ALSF aux pays concernés et à l'Afrique dans son ensemble.

Au total, 17 accords ont été conclus à ce jour avec des donateurs, y compris la BAD. Ces accords représentent une valeur financière totale de 79 960 272 dollars EU, dont 43 198 960 dollars EU ont déjà été déboursés au profit de projets de l’ALSF.

Tenue en marge des assemblées annuelles de la Banque africaine de développement qui se déroulent à Lusaka en Zambie, cette table ronde constitue un mécanisme important de dialogue entre l’ALSF et ses bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, afin de coordonner le soutien des donateurs ainsi que les débats sur des domaines d'intérêt commun. 

Les pays représentés étaient le Canada, le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas et la Norvège.