Le RDC s’engage dans SE4ALL : développer son potentiel dans les énergies renouvelables pour doper l’accès à l’énergie

25/11/2014
Share |

La République démocratique du Congo (RDC) a organisé le premier Forum sur les énergies renouvelables (FoDER), dans le cadre de l'Initiative Énergie durable pour tous (SE4ALL par acronyme en anglais) des Nations unies. Le Forum, orchestré avec l'appui du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de l'Organisation de développement des Pays-Bas (SNV), s’est tenu les 20 et 21 novembre 2014, à Kinshasa, en RDC. Rattachée au Département énergie, environnement et changement climatique de la Banque africaine de de développement (BAD), la plateforme africaine SE4ALL a participé activement à l’événement.

La rencontre a eu un vif succès et réuni 150 à 200 participants, dont plusieurs ministres de la RDC, le ministre délégué sud-africain de l’Énergie, de hauts responsables de toutes les provinces de la RDC, des représentants des partenaires de développement, du secteur privé et de la société civile.

Mettant l’accent sur le potentiel des énergies renouvelables en RDC, le Forum avait pour but de mieux faire connaître le cadre institutionnel et légal que les autorités congolaises sont en train de mettre en place pour attirer des investissements privés.

Cet évènement fait suite à la récente réunion de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale de Yaoundé, durant laquelle les pays de la sous-région ont été appelés à s’engager dans le programme d’action et le prospectus d’investissement de SE4ALL. Il est aussi le prolongement du lancement fructueux du programme d’action de SE4ALL, qui s’est fait en mars 2014 pour la région de la CEDEAO puis en mai pour les pays de l’Afrique de l’Est et australe. La RDC est le premier pays d’Afrique centrale à s’engager dans ce processus.

Daniel-Alexander Schroth, coordonnateur de la Plateforme africaine de SE4ALL au sein du Département énergie, environnement et changement climatique de la BAD, a énuméré les opportunités qu’offre l'Initiative aux pays qui s’y engagent ainsi que le rôle de la Plateforme. Bruno Kapandji Kalala, ministre des Ressources hydrauliques et de l'Électricité en RDC a déclaré quant à lui : « le PIB de la RDC augmente régulièrement. Cette tendance se poursuivra puisque nous sommes déterminés à atteindre un taux de croissance à deux chiffres. Toutefois, notre principale préoccupation aujourd’hui est de faire en sorte que cette croissance profite à tous les Congolais. Améliorer l’accès à électricité dans les zones rurales où vivent 55 millions d’habitants, soit les deux-tiers de la population congolaise, est donc crucial. Les objectifs de SE4ALL cadrent donc parfaitement avec notre situation. Nous envisageons d’électrifier les zones rurales, mais aussi de transformer les villages et les modes de vie des populations en exploitant les sources d'énergie renouvelable. »

Le gouvernement de la RDC a sollicité l’appui de la Plateforme africaine de SE4ALL pour mettre en œuvre le Programme d’action et le prospectus d’investissement de l’Initiative SE4ALL à son échelle. La BAD, en lien avec le PNUD, a répondu favorablement à sa requête et le travail de collaboration pour ce faire devrait bientôt débuter. Le Programme d’action de SE4ALL est un document stratégique qui a trois objectifs : l’accès universel à l’énergie ; le doublement de la part des énergies renouvelables ; et le doublement du taux global d’amélioration de l’efficacité énergétique. Ce programme, qui servira de cadre directeur pour le secteur de l’énergie jusqu’en 2030, est également lié aux enjeux de sécurité alimentaire, de question de genre, de santé et de ressources en eau. La plateforme africaine de SE4ALL accompagne déjà plusieurs pays africains dans ce processus.

La BAD abrite la plateforme africaine de SE4ALL, en partenariat avec la Commission de l‘Union africaine (CUA), l’agence du NEPAD et le PNUD.