Egypte : prêt BAD de 53 millions d’euros pour financer un projet de station d’épuration en eau

07/10/2009
Share |

Tunis, le 7 octobre 2009 - Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le mercredi 7 octobre 2009 à Tunis, un prêt de 53,33 millions d’Euros, équivalent à 48,56 millions d’unités de compte (UC), pour financer le Projet de station d’épuration de Gabal El Asfar, au Caire, en Égypte.

Le projet vise à améliorer la qualité des eaux usées déversées dans les égouts de l’est du Caire, ce qui devrait permettre d’étendre la zone bénéficiant d’un assainissement amélioré et d’offrir aux 8 millions de personnes qui l’habitent un environnement plus propre.

Le projet permettra d’augmenter de 500 000 mètres cube par jour la capacité d’épuration de la station. Il sera effectué un traitement complet, à savoir : une pré-épuration, une épuration primaire et une épuration biologique. Il est également prévu de passer à la chloration des effluents, après qu’on sera parvenu à traiter correctement toutes les eaux usées des égouts. L’extension envisagée portera la capacité totale de traitement de la station de Gabal El Asfar à 2,50 mètres cube par jour.

Le projet de station d’épuration de Gabal El Asfar couvre une vaste étendue de la partie est de la ville et dessert environ 8 millions de personnes. Une fois la construction de l’extension de 500 000 mètres cube par jour supplémentaires achevée, la station desservira près de 2,5 autres millions de personnes dans l’est du Caire. Le projet offrira à ces personnes un environnement propre en permettant une évacuation sûre des eaux usées. Les 785 800 personnes habitant des villages situés en aval de la station et le long des drainages d’effluents de la station au Lac Manzala bénéficieront aussi du projet. Leur cadre de vie sera meilleur, ce qui induira une baisse des maladies associées à l’absence de traitement des eaux usées.

Le projet est conforme à la Stratégie à moyen terme 2008-12 de la Banque, qui souligne la nécessité de faire preuve de sélectivité en privilégiant, dans le cadre de la promotion du renforcement du secteur privé, les interventions axées sur le développement des infrastructures et la gouvernance. Il sera exécuté en conformité avec sa Politique de gestion intégrée des ressources en eau.

1 UC : 1,09806 euro en juin 2009


Sections Connexes

Contact