Le gouvernement égyptien s’engage à créer 750000 nouveaux emplois pour les jeunes

05/12/2012
Share |


Ouverture en Egypte du forum emploi jeunes organisé par la BAD et le fonds social pour le développement   

Le Caire, le 5 Décembre 2012: Le Premier ministre égyptien, Hisham Kandil, a réaffirmé que son gouvernement est déterminé à lutter contre le chômage, au cours de la cérémonie d’ouverture du Forum « Emploi des jeunes: Bâtir l'avenir de l'Egypte » organisé par la Banque africaine de développement (BAD), en collaboration avec le Fonds social de développement (FSD). Il y parviendra grâce à un comité ministériel dont l’objectif sera de créer 750.000 emplois grâce au soutien apporté aux petites entreprises, avec l’appui  du FSD.

L'objectif du comité est d'élaborer une stratégie concurrentielle pour les petits projets. Le Premier ministre a déclaré que l'accent serait mis sur les politiques et législations en faveur de la création d’emplois et de la lutte contre le chômage.

Cet événement inédit a réuni les parties prenantes de la BAD, du FSD, du gouvernement égyptien, des organisations de la société civile et des représentants du secteur privé ainsi que des partenaires au développement pour trouver des solutions novatrices afin de promouvoir les initiatives d'emploi.

Etaient présents, entre autres, le vice-président de la BAD et économiste en chef, Mthuli Ncube, la directrice générale du Fonds social pour le développement, Ghada Fathi Waly, le directeur général du Réseau égyptien pour le développement intégré, Heba Handoussa, le directeur du Centre égyptien d'études économiques (ECES), Omneia Helmy, le président de Benchmark Group, Ahmed Bahgat, un membre associé de Bareeq Capital, Omar El-Kheshen,  et le  vice-président de la Fédération des industries égyptiennes, Mohamed El-Sewedy.

« Cette conférence intervient alors que des événements importants se déroulent en Egypte. Nous avons presque terminé la rédaction de la proposition d'une nouvelle constitution et un référendum aura lieu dans moins de deux semaines. Une nouvelle étape dans l'établissement d'institutions démocratiques sera franchie et nous parviendrons ainsi à la fin de la période de transition. Une nouvelle société civile, moderne et démocratique, est en train de voir le jour, ce qui augure du développement et de la reconstruction de l'économie » a déclaré le Premier ministre. " Le Forum aborde aujourd'hui un domaine essentiel, celui de l'emploi des jeunes. Le taux de chômage a continué d'augmenter en Egypte et en Afrique, notamment chez les jeunes, qui représentent la véritable force de la nation. " a-t-il ajouté.

M. Kandil a exprimé son intérêt à collaborer avec la BAD pour mettre en œuvre un plan stratégique à court terme qui nécessite 2,5 milliards de dollars pour le financement, au cours des deux prochaines années, de projets stratégiques tels que l'expansion de l'aéroport de Charm El-Cheikh et des projets d'énergie renouvelable à la station de Kom Ombo, en plus de projets sanitaires et d’eau.

Le Premier ministre a également rappelé que le gouvernement a constitué un comité ministériel pour la formation et l'emploi chargé de lancer des programmes spécifiques à court terme, notamment dans les gouvernorats ayant des taux élevés de pauvreté. Ce comité va mettre en œuvre les politiques requises pour activer le marché du travail et suivre les progrès accomplis dans l'exécution des programmes ainsi que l’allocation des fonds.

« Le chômage, en particulier parmi les jeunes, était un grief exprimé par les manifestants pendant la révolution. Avec plus de 750.000 nouveaux entrants sur le marché du travail chaque année, le taux de chômage en Egypte a été à la hausse, passant de 8,7% en 2008 à ce qui sera probablement plus de 13% d'ici la fin de l'année 2012 », a déclaré M. Tapsoba. Près de 90% de tous les chômeurs ont entre 15 et 29 ans, a-t-il indiqué. Il a également ajouté que le chômage est de plus en plus élevé chez les jeunes scolarisés. Le plus grand nombre de chômeurs, chez les hommes, sont des diplômés universitaires alors que les plus hauts taux de chômage chez les femmes se retrouvent parmi les diplômés du secondaire.

La Directrice générale du Fonds social pour le développement a déclaré qu'il est urgent  de  donner aux jeunes une chance de prouver leur valeur dans les lieux de travail. « Notre priorité est claire: des emplois décents et des revenus décents », a-t-elle affirmé. « Le FSD a été créé pour soutenir la croissance et le développement des micros et moyennes entreprises et créer de l’emploi. Nous collaborons avec toutes les parties prenantes et nous nous efforçons de tirer parti des meilleures pratiques internationales et de la coopération Sud-Sud » a-t-elle ajouté.

Les quatre sessions du Forum ont porté sur les défis et les opportunités auxquels font face les jeunes Egyptiens ainsi que les meilleures pratiques et les leçons que la nation pourrait mettre en œuvre dans toute la région. Les experts ont également discuté des caractéristiques du marché du travail en Egypte, en mettant l'accent sur les disparités régionales, les priorités politiques, les programmes et initiatives pour la promotion de l'emploi des jeunes et les domaines prêts à accueillir des partenariats stratégiques pour mettre en œuvre ce type de programmes.

À la fin du forum, la BAD a publié son rapport phare 2012 décrivant la confiance de la Banque dans la relève de l'Egypte, à condition que le gouvernement obtienne le soutien de l’ensemble des citoyens.

Selon le rapport, les pays du Maghreb ont longtemps accusé du retard, en comparaison de leurs voisins plus développés, dans les domaines de la création d'emplois et de la justice sociale, notamment en ce qui concerne les jeunes. Bien que de nouveaux gouvernements aient pris le relais dans certains de ces pays, avec des autorités qui font des concessions pour de meilleures conditions de travail et de vie, beaucoup dans la région ont encore du mal à joindre les deux bouts et à se nourrir.

Au cours du deuxième trimestre 2012, environ 3,4 millions d'Egyptiens étaient sans emploi. Le secteur touristique égyptien, qui emploie habituellement 12% de la main-d'œuvre, était aux abois, car il a été l'un des secteurs les plus durement touchés par les séquelles de la révolution populaire de l'année dernière. Ce qui a conduit de nombreuses entreprises à supprimer des emplois, le nombre de visiteurs ayant chuté.