Muhammad Yunus, Nobel et héraut du micro crédit, prochain conférencier éminent de la BAD

Share |

Date: 12/03/2013
Lieu: Tunis, Tunisia

Le Nobel Muhammad Yunus sera l’invité du cycle des éminents conférenciers de la Banque africaine de développement (BAD), le 12 mars 2013 à Tunis - où la BAD a son siège provisoire.

Prononçant le dix-neuvième discours d’un cycle entamé en 2005, le professeur Yunus interviendra sur le thème : « Bâtir le “social-business” en Afrique : un nouveau capitalisme au service des besoins les plus pressants de la société ».

Il prendra la parole face à une audience composée de diplomates, de représentants du gouvernement tunisien et de la société civile, ainsi que de membres du personnel de la Banque.
De nationalité bangladaise, Muhammad Yunus s’est vu décerner le prix Nobel de la paix en 2006, de concert avec la Grameen Bank, institution de microfinance qu’il avait créée en 1976, devenue un établissement bancaire indépendant en 1983.

Le comité Nobel avait déclaré récompenser conjointement le professeur Yunus et la Grameen Bank « pour leurs efforts en vue de créer un développement économique et social par la base ». Le professeur s’est fait le chantre du microcrédit depuis 1975, estimant que la pauvreté est une création artificielle, qui pourrait tout à fait être éradiquée à force d’efforts déployés par l’humain.

Dans ses recommandations, le Comité Nobel ajoutait qu’« une paix durable ne saurait advenir, sans que des pans importants de la population trouvent le moyen de s’extraire de la pauvreté. Le microcrédit est une façon d’y parvenir. Le développement par la base permet aussi de faire progresser la démocratie et les droits sociaux ».  

Le professeur dirige le Centre Yunus, un centre de ressources pour toutes les activités de social-business de la Grameen Bank au Bangladesh et dans le monde.  

Le Centre définit le social-business comme des entreprises « créées à des fins sociales, plutôt que dans l’intérêt du privé à but lucratif. Comme les ONG, celles-ci ont une mission sociale et environnementale mais, comme les entreprises, elles génèrent des revenus qui couvrent leurs coûts propres. Les investisseurs y récupèrent leur mise. Tous les bénéfices sont réinvestis dans la croissance et l’innovation, voire pour essaimer de nouvelles entreprises de social-business. Le social-business vise à élargir le modèle du capitalisme actuel en mettant l’accent sur des objectifs d’utilité publique, plutôt que sur le profit personnel ».  

« Un dollar de charité n’a qu’une seule vie. Un dollar du social-business est éternel », affirme Muhammad Yunus.

Le professeur Yunus a poursuivi ses études à l’université de Dhaka au Bangladesh et à la Vanderbilt University aux Etats Unis. Il a enseigné l’économie à l’université du Middle Tennessee, puis il est rentré au Bangladesh après l’indépendance du pays en 1972, où il a pris la tête du département d’économie à l’université de Chittagong.

Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, Wangari Maathai, prix Nobel de la paix pour son action en faveur de l’environnement, et l’ancien Président du Ghana, John A. Kufuor, figurent au nombre des invités de renom qui ont été reçus dans le cadre du cycle des éminents conférenciers de la BAD.