Emploi : La BAD et le Burkina Faso suggèrent des voies pour améliorer l’employabilité des jeunes

19/12/2013
Share |

Avec l’appui de la Banque africaine de développement (BAD) et d’autres partenaires au développement, le gouvernement du Burkina  Faso a organisé  les 13 et 14 décembre 2013  un colloque national sur l’emploi dont l’objectif était de recueillir des propositions  innovantes et adaptées aux besoins actuels du marché.  

Trois commissions de travail ont réfléchi sur des thématiques spécifiques, à savoir l’amélioration de l’employabilité,  le renforcement de la promotion de l’auto-emploi et la réduction du sous-emploi, et  le renforcement de la gouvernance du marché de l’emploi.

A l’issue des travaux,  une feuille de route a été proposée. Celle-ci est un cadre de référence qui comprend, la relecture de la politique nationale sur l’emploi (PNE) et l’élaboration d’un programme d’appui à la mise en œuvre de la PNE.  Le document propose que l’accent soit mis sur un meilleur accompagnement du secteur informel et l’augmentation de la productivité des activités agro-sylvo pastorales dans toute la chaîne de valeurs.  L’objectif final étant  de faire face, de manière efficace, à la question du sous-emploi  et d’aboutir à une meilleure coordination entre les structures de promotion de la formation professionnelle et celles chargées de l’enseignement supérieur, pour améliorer l’employabilité des jeunes.

La BAD a assisté le gouvernement dans l’organisation du colloque et a participé aux travaux.  Les discussions ont été alimentées par la présentation de l’étude de la cartographie et le diagnostic du marché du travail.  Cette étude a été  réalisée dans le cadre de l’initiative conjointe pour l’emploi des jeunes en Afrique, un partenariat entre la BAD, la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique et l’Organisation internationale du travail.

Intervenant à l’ouverture de la cérémonie, Ginette Muteta Nzau, représentante résidente de la BAD au Burkina, a souligné la centralité  de la question de l’emploi des jeunes dans  la politique de croissance inclusive de la BAD. « Au Burkina Faso, le chômage urbain et le sous-emploi rural étant les deux facettes du problème d’emploi, la question de l’économie informelle et la nécessité d’amélioration de la productivité des activités informelles, surtout en milieu rural, sont cruciales pour arriver à créer des emplois productifs et décents pour le plus grand nombre », a-t-elle ajouté.

La rencontre a également vu la présentation de deux autres documents, à savoir l’étude bilan de la mise en œuvre du plan d’actions de la politique nationale de l’emploi et l’étude diagnostic du cadre institutionnel de mise en œuvre de la Politique Nationale de l’Emploi.

Présidé par le Premier ministre burkinabé, Luc Adolphe Tiao, le colloque a été organisé par le ministère de la Jeunesse, de la Formation Professionnelle et de l’Emploi,  avec l’appui de la BAD et du Bureau International du Travail (BIT).