Evaluation des activités de l'Institut Multilatéral d'Afrique (IMA)

08/11/2008
Share |

Evaluation des activités de l'Institut Multilatéral d'Afrique (IMA)

Introduction

L’IMA, fruit du partenariat entre la Banque mondiale (BM), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque africaine de développement (BAD), a été créé en 1999 avec pour objectif de fournir une formation de haut niveau et de développer un corps de responsables de l’élaboration des politiques en Afrique. Jusqu’au milieu de 2007, plus de 4 300 participants ont pris part à 127 sessions de formation de l’IMA. 51 % de ces événements ont été financés par le FMI. La BAD a joué un rôle de plus en plus important ces dernières années, en grande partie à que cause de la décision de la Banque mondiale de réduire son niveau d’engagement à l’IMA. Plus de 80 % des sessions de formation ont eu lieu soit à Abidjan soit à Tunis. D’après les rapports de l’IMA, les dépenses totales entre 1999 et 2006 se sont élevées à un peu plus de 19 millions de dollars US.

Principales leçons tirées

  • Pour assurer sa pertinence, son efficacité, et l’impact voulu, la formation doit s’inscrire dans le contexte plus large du renforcement des capacités. Il faut à cet effet adopter une méthode axée sur une chaîne de résultats permettant de définir et de classer les objectifs de développement par ordre de priorité, et d’évaluer des besoins précis.
  • L’efficacité et la rationalité exigent que les dossiers soient tenus d’une manière qui facilite leur accessibilité et la mise en place de mécanismes efficaces de suivi, d’évaluation, et de rétroaction.
  • Les partenariats doivent être fondés dès le départ sur des accords clairs au sujet des objectifs visés. Ils doivent également jouir d’un certain degré d’autonomie et de flexibilité – au double plan financier et de la gestion – pour être en mesure de produire pleinement les résultats souhaités au-delà de la contribution de chaque partenaire individuel.

Recommandations

Il est vivement recommandé que la BAD formule une politique claire et cohérente de renforcement des capacités (comprenant la formation) avant de mettre en chantier de nouvelles activités de formation. Cette politique articulerait les priorités en matière de renforcement des capacités avec des objectifs de développement explicites, pour éviter de faire de la formation une fin en soi.

Il est recommandé que durant les 12 prochains mois, la BAD, en collaboration avec les deux institutions partenaires, examine sérieusement les options futures pour l’IMA, notamment:

  • L’examen minutieux des projets d’intégration de l’IMA à l’IAD en 2010 et la clarification des conséquences qui en découlent, au double plan organisationnel et financier ;
  • L’évaluation de la viabilité de la relance de l’IMA dotée d’une plus grande autonomie de fonctionnement ; et
  • L’analyse claire des coûts et avantages de la fermeture de l’IMA à la fin de 2009, en vue de la maximisation des gains potentiels et de la gestion des conséquences négatives.

L’équipe d’évaluation recommande l’option stratégique de la fermeture de l’IMA à la fin de 2009 et l’élaboration par la BAD de ses propres activités de formation et de renforcement des capacités à l’appui des politiques et pratiques qu’elle déploie dans les pays.