Des administrateurs ont effectué une mission de consultation en Ouganda

02/03/2012
Share |

Un groupe d’administrateurs ont effectué une mission de consultation en Ouganda, du 22 au 28 février 2012. Les administrateurs ont tenu des réunions avec le ministre des Finances, de la planification et du développement économique, des ministres sectoriels, le président de l'Assemblée nationale, les présidents des cinq commissions parlementaires, les partenaires au développement ainsi que les représentants du secteur privé et de la société civile.

La visite s'est terminée par une rencontre avec le président ougandais, Yoweri Museveni. L’administratrice de la BAD pour la région Afrique de l’est et le représentant résident de la BAD en Ouganda accompagnaient la mission.

Les administrateurs ont également visité trois projets financés par la BAD. Le premier était le projet hydroélectrique de Bujagali, financé par le guichet du secteur privé, et le projet de ligne de transmission associée de 71 km, financé par le Fonds africain de développement (FAD). Le deuxième était le programme FAD d’amélioration de la commercialisation des produits agricoles, qui finance la construction de sept grands marchés. L'un de ces marchés est le marché Jinja, que la mission a visité.  En troisième lieu, la délégation des administrateurs a visité l'école de formation professionnelle de Jinja, qui fait partie du projet Education III.

Les administrateurs  ont pris note de la performance satisfaisante du portefeuille des projets et programmes financés par la Banque en Ouganda. Ils ont toutefois appelé à des efforts concertés de la Banque et du gouvernement pour lever les contraintes qui entravent une mise en œuvre harmonieuse des projets. À cet égard, les administrateurs ont souscrit à la position du gouvernement, à savoir rechercher des appuis d'urgence auprès des partenaires au développement pour renforcer les capacités en matière de préparation, de conception et de mise en œuvre des projets.

Dans le contexte d’un dialogue franc et sincère, les administrateurs ont encouragé le gouvernement à chercher des solutions efficaces aux problèmes identifiés comme des obstacles majeurs à la transformation de l'Ouganda en un pays à revenu intermédiaire d'ici 2015. Les questions abordées ont été une gestion macro-économique prudente, en particulier dans la gestion de l'inflation et la fluctuation des taux de change, le cadre juridique adéquat et la transparence requise dans la gestion et l'investissement des revenus pétroliers,  une assiette fiscale faible, l'investissement dans des projets d'infrastructure prioritaires comme les routes, les voies ferrées et l'énergie, sans pour autant créer un budget expansionniste, l’augmentation de la production et de la productivité agricoles, enfin le taux de chômage élevé et le développement des compétences.

Les administrateurs se sont félicités de l'assurance donnée par le président ougandais que les recettes pétrolières seraient investies dans des projets d'infrastructure stratégiques prioritaires ayant un impact sur l'intégration régionale.

Le gouvernement et la Banque ont reconnu la nécessité de combler le déficit d’information avec les autres parties prenantes, telles que les commissions parlementaires et la société civile, à travers une stratégie de communication efficace et des consultations en amont, lors de la préparation, de la conception et de la mise en œuvre des projets.