Progrès à la cinquième réunion du comité de surveillance

08/01/2007
Share |

Progrès à la cinquième réunion du comité de surveillance

Les membres du Comité de surveillance du Fonds spécial pour la préparation de projets d’infrastructure du NEPAD (NEPAD-IPPF) et plus de 30 observateurs ont assisté récemment à la cinquième réunion dudit comité au siège de la Banque africaine de développement à Tunis. La réunion a examiné le rapport d’activité, l’énoncé de la vision et le plan de travail indicatif 2007 du NEPAD-IPPF. La vision du NEPAD-IPPF est « d’être le principal mécanisme de préparation de projets en Afrique, en jouant le rôle de catalyseur dans la mobilisation de ressources pour la préparation de projets et de programmes régionaux d’infrastructure en appui aux objectifs du NEPAD que sont la promotion du développement durable et la réduction de la pauvreté à travers le renforcement de l’intégration économique ».

Constitué des représentants des organismes de financement tels que le Fonds canadien pour l’Afrique (ACDI), le gouvernement danois, la Banque africaine de développement (BAD), l’Union africaine et le Secrétariat du NEPAD, le Comité est chargé de donner des orientations stratégiques et des conseils au NEPAD-IPPF.

Dans son allocution d’ouverture, M. Gantsho, vice-président des opérations chargé des infrastructures, du secteur privé, de l’intégration et du commerce, a souhaité la bienvenue aux participants. Il a salué la présence des représentants des principales parties prenantes, en particulier ceux des pays et institutions donateurs effectifs ou potentiels du NEPAD-IPPF, des communautés économiques régionales, des institutions partenaires et du secteur privé. Il a souligné certaines des principales réalisations du NEPAD-IPPF, notamment en ce qui concerne l’appui à la préparation de projets régionaux essentiels. Néanmoins, il a fait observer que l’ampleur des besoins du contient en matière d’infrastructures commandait d’accélérer le rythme d’activité du NEPAD-IPPF en matière d’approbation et de décaissement des fonds. À cet égard, il a informé la réunion des mesures qu’il avait prises pour étoffer l’effectif du NEPAD-IPPF. Il a demandé que les activités de ce dernier soient accélérées, et préconisé le renforcement du partenariat avec d’autres mécanismes de préparation de projets. Il a saisi l’occasion pour encourager les contributeurs potentiels au Fonds spécial à lui faire des promesses fermes de financement pour faciliter l’accélération du développement d’infrastructures régionales sur le continent.

Rapport d’activité du NEPAD-IPPF

Jusqu’en décembre, le NEPAD-IPPF avait finance la préparation de neuf projets à hauteur de 4,75 millions de dollars. Ces projets sont: l’oléoduc Kenya-Ouganda, l’interconnexion de réseaux électriques Zambie-Tanzanie-Kenya, l’interconnexion de réseaux électriques Bénin-Togo-Ghana, COMTEL, le système de câble sous-marin de l’Afrique de l’Est (EASSy), le pont sur le fleuve Gambie, l’interconnexion de réseaux électriques Éthiopie-Kenya, l’Organisation du bassin du fleuve Gambie et le pont de Kazalunga reliant la Zambie et le Botswana. Le projet d’interconnexion de réseaux électriques Ghana-Burkina Faso et le projet de liaison terrestre de raccordement de la SATA au système de câble sous-marin de l’Afrique de l’Est se trouvent à un stade avancé de traitement en vue de l’approbation pour financement par un don IPPF de 1 million de dollars.

En raison de facteurs exogènes, notamment la capacité des organismes bénéficiaires, le niveau de décaissement des fonds IPPF est assez faible. Pour remédier à cette situation, la Banque a pris des mesures parmi lesquelles figurent la nomination d’un coordonnateur de projet pour surveiller les activités de l’IPPF sous l’égide du chef de la division du NEPAD, et le recrutement d’un consultant sur une longue période pour aider le coordonnateur de projet à superviser les projets approuvés et accélérer le traitement des projets et programmes. Il convient également de mentionner la mise au point d’un plan de travail à horizon mobile du NEPAD-IPPF et le renforcement de la coopération avec les organismes de financement en vue de réduire au minimum les délais dans la mobilisation des ressources, facteur essentiel de retards dans l’instruction des demandes de financement adressées à l’IPPF.

Le Comité de surveillance a examiné le niveau d’engagement et de capitalisation de l’IPPF et l’intérêt de certains donateurs à y apporter des contributions. Il a souligné que la proposition de relever le plafond d’approbation en le portant de 500 000 dollars actuellement à 2 millions de dollars par projet renforcerait le rythme des engagements de l’IPPF. Les directives réglementaires et opérationnelles fixant le plafond d’approbation révisé seront présentées à l’approbation des Conseils d’administration conformément aux instruments portant création du NEPAD-IPPF.

Après avoir examiné le projet de plan de travail à horizon mobile du NEPAD-IPPF, le Comité a demandé qu’une version actualisée en soit établie d’ici au 20 janvier 2007, en tenant compte des fonds disponibles et des projets prioritaires présentées par les différentes régions. Se fondant sur le programme de travail proposé, le Comité a fait observer que des fonds supplémentaires seraient nécessaires d’ici à mars 2007. À cet égard, la Banque, les Communautés économiques régionales (CER) et le NEPAD ont exhorté les contributeurs existants et potentiels à apporter des ressources additionnelles.

Le Comité a été informé des mesures prises par la Banque pour mobiliser des fonds supplémentaires au profit du NEPAD-IPPF, notamment l’envoi d’une mission auprès du Fonds koweïtien où le NEPAD-IPPF a été présenté, et le Fonds koweïtien a été officiellement invité à contribuer à l’IPPF. La mission a également visité le Fonds arabe de développement économique et social. 

Pour favoriser la cohérence dans l’information financière et relative aux projets du NEPAD-IPPF, le Comité a décidé d’adopter le dollar des États-Unis d’Amérique comme la monnaie du Fonds spécial. C’est donc cette devise qui sera utilisée pour les contributions, les approbations et les décaissements. Le Comité a convenu qu’un audit du NEPAD-IPPF serait effectué chaque année.

Réagissant aux encouragements à resserrer la coopération avec d’autres fonds de préparation de projets, l’équipe de la BAD a informé le Comité et les observateurs qu’une réunion sur l’approche « tunnel de fonds » devait se tenir le même jour avec des représentants de la PPIAF, de la SFI, de la DBSA, de la BEI, des principaux pools énergétiques et des CER, et que le document destiné à formaliser la coopération avec l’AFD, la PPFS de la DBSA était en cours d’examen au département juridique de la Banque.

Le concept de « tunnel de fonds » a été mis au point par la Banque pour encourager le financement collectif de la préparation de projets d’infrastructure, depuis la conception jusqu’au stade où le projet obtient le financement des immobilisations.

M. Eugene Roberts du Fonds canadien pour l’Afrique (ACDI), qui avait présidé la réunion, a félicité l’équipe de la BAD pour avoir diligemment réagi à la demande formulée au cours de la quatrième réunion du Comité de préparer un énoncé de vision et un plan de travail indicatif.

La prochaine réunion, provisoirement prévue en juin ou juillet 2007, sera abritée par le COMESA.


Contact

Emmanuel K. Ngwainmbi Téléphone: +216 71 10 26 27