Cérémonie de clôture financière du projet du 3ème pont d’Abidjan, premier projet du secteur privé de la BAD en Côte d’Ivoire depuis une décennie

06/07/2012
Share |

La cérémonie de clôture financière du projet de construction, exploitation et entretien du pont Henry Konan Bédié à Abidjan (‘Le 3ème Pont‘) a eu lieu dans les locaux du cabinet d’avocats White & Case à Paris, en présence du ministre de l’économie et des finances, M. Charles Koffi Diby et du ministre des infrastructures économiques, M. Patrick Achi.

Chef de file des partenaires financiers du projet avec un apport de 58 millions d’euros pour un coût total de 272 millions d’euros, la Banque Africaine de Développement (BAD) continue de marquer son ferme engagement à participer activement aux efforts de reconstruction de la Côte d'Ivoire. A ce titre, la BAD a joué un rôle de premier plan dans la structuration et la négociation de la transaction.

Long de 1.9 km et reliant les communes de Riviera et Marcory au-dessus de la lagune Ébrié, le pont Henry Konan Bédié est financé par un groupe d'institutions de financement du développement (Société Financière Africaine, BAD, Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO, Banque Ouest Africaine de Développement, et  Banque de Développement des Pays-Bas), une banque commerciale (Banque Marocaine pour le Commerce Extérieur), un fonds de financement des infrastructures (Fonds Panafricain de Développement des Infrastructures), le promoteur du projet (Groupe Bouygues), et le Gouvernement ivoirien. Le projet est développé sous la forme d’un partenariat public-privé (PPP) et sera mis en œuvre à travers une convention de concession d’une durée de 30 ans octroyée à une société de droit ivoirien, la Société Concessionaire du Pont Riviera Marcory (SOCOPRIM). Le promoteur du projet et principal partenaire stratégique est le groupe français Bouygues, leader renommé du secteur des BTP et des concessions d’infrastructures de transport.

Il est important de noter qu’en 1999, le projet faisait partie d'un programme global de développement de l'infrastructure, appelé « Les douze travaux de l'Éléphant d’Afrique ». Le projet avait atteint le stade de la clôture financière avec la participation notamment de la BAD et de la BOAD qui ont réitéré leur engagement. Le projet est aujourd’hui partie intégrante du programme « Grand Abidjan » qui a pour but d’appliquer le plan directeur d’aménagement de la ville.

Il est escompté du projet une contribution significative au redressement économique du pays par l’amélioration de la qualité des infrastructures de base, le désengorgement de la circulation aux abords du centre-ville, et la compensation de la fermeture temporaire prévue du pont Houphouët-Boigny, l'un des deux ponts existants actuellement sur la lagune, pour raison de travaux de réhabilitation majeure.

Signataire pour le compte de la BAD, la cheffe de division du financement des infrastructures, Mme Tas Anvaripour a déclaré lors de la cérémonie: “[…] Je suis ravie de constater la présence de toutes les parties prenantes au projet aujourd'hui à l'occasion de cette cérémonie de signature que je considère comme un témoignage de l'engagement, la résilience, et le soutien indéfectibles que l’ensemble des prêteurs, investisseurs, sponsors, et le gouvernement ont affiché pour donner la chance à ce projet de voir enfin le jour. La Banque africaine de développement est particulièrement fière de se tenir aux côtés de la Côte d'Ivoire au moment où celle-ci lance son ambitieux programme de reprise économique et de développement, au sein duquel les infrastructures sont appelées à jouer un rôle crucial. En établissant un nouveau lien routier sur la lagune Ébrié, le projet de pont à péage HKB contribuera à décongestionner le réseau urbain d’Abidjan, à réduire les temps de parcours, les coûts de transport, et les émissions nocives de CO2, favorisant ainsi la compétitivité de l’économie locale, qui est au cœur de la relance économique du pays […] “.  

Le projet constitue le premier d’une série de PPP dans le secteur des infrastructures que le gouvernement Ivoirien a planifié de mettre en œuvre dans le cadre de sa stratégie de remise à niveaux des infrastructures et pour lesquels la BAD compte apporter son concours.