Dynamique de l’approfondissement financier et implications pour la coordination de la politique financière dans une union monétaire : le cas de l’UEMOA

30/10/2013
Share |

Quelles implications peut avoir la dynamique de l’approfondissement financier pour la coordination de la politique financière ? L’un des documents soumis à débat lors d’une session du mercredi 30 octobre sur la « Réglementation financière et la libéralisation des transports » à l’occasion de la troisième journée de la Conférence économique africaine de Johannesbourg, portait sur le cas de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Christian Lambert Nguena, chercheur camerounais et consultant auprès de la Banque africaine de développement (BAD), a présenté ce document co-écrit avec le professeur Temilade Abimbola, chef de Division au sein de la BAD, et expliqué comment, à l’échelle internationale, la convergence économique constitue un facteur clé de l’intégration régionale ainsi que le cadre le mieux adapté pour la coordination de la politique.

Selon M. Nguena, la convergence est un processus qui suppose implicitement la réduction de l’hétérogénéité et qui crée un environnement dans lequel le décideur politique peut coordonner et appliquer la même politique. À partir de l’expérience acquise dans la sous-région de l’UEMOA, il a observé que depuis que l’intégration financière régionale a été lancée, il s’est créé dans la sous-région, dès 1996, un marché financier réglementé par un organisme supranational. Pour lui, cela a entraîné la nécessité de repenser la politique financière afin de mieux comprendre comment la mettre en œuvre de manière harmonisée.

« Nous avons, d’une part, la mise en œuvre d’une politique monétaire commune à tous les Etats membres et, d’autre part, une politique financière propre à chaque Etat », explique M. Nguena.

En outre, les recherches fondées sur une évaluation du niveau de développement financier dans les pays de la zone franc montrent que l’approfondissement financier est l’aspect le plus problématique, du fait de son faible degré. Leurs conclusions démontrent que le problème du développement financier dans la zone de l’UEMOA pourrait être limité aux problèmes de l’approfondissement financier par rapport à d’autres aspects du développement financier.

Se référant aux conclusions de certains projets de recherche, M. Nguena a souligné l’importance de prendre le problème du faible niveau d’approfondissement financier dans la sous-région au sérieux par rapport à d’autres aspects du développement financier. En effet, il se dégage globalement de l’évaluation du niveau de développement financier dans la zone franc l’aspect problématique de l’approfondissement financier, en particulier du fait de son faible degré. « Par conséquent, le problème du développement financier dans la zone de l’UEMOA pourrait être limité aux problèmes de l’approfondissement financier par rapport à d’autres aspects du développement financier », a précisé M. Nguena.

Pour lui, les systèmes financiers ont toujours joué un rôle important dans le soutien aux activités économiques partout dans le monde.

M. Nguena a également évoqué les systèmes financiers mis en place dans d’autres parties du monde, précisant que tous les pays industrialisés « ont ceci de commun qu’ils disposent d’un système financier développé ». Conformément aux conclusions de la recherche, il a souligné que « les autorités de la sous-région de l’UEMOA devraient mettre en œuvre des politiques financières expansionnistes portant sur le taux de croissance du PIB, la densité et le taux de change ». En ce qui concerne la dynamique, les conclusions de la recherche relèvent la présence d’une dynamique convergente, ce qui signifie qu’un niveau initial élevé ou inférieur d’approfondissement financier est propice à l’amélioration de l’indice d’approfondissement financier sur le long terme dans la zone de l’UEMOA. M. Nguena pense qu’au bout de quelques années, « la mise en œuvre de politiques financières harmonisées dans la sous-région, sans distinction de localité ou de pays, aura un impact optimal ».