Pour la BAD une meilleure information équivaut à un meilleur développement

09/07/2013
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) estime qu’investir dans l’information équivaut à investir pour un meilleur développement, car la transparence de l’information  en matière d’aide est primordiale  pour la démocratie et la responsabilité. La transparence permet aux populations  et à leurs représentants de mieux suivre la répartition des ressources allouées au  développement, afin de garantir la responsabilité des gouvernements et des partenaires. L’agenda de transparence de la BAD vise la responsabilisation des acteurs sur le terrain, en leur donnant les informations nécessaires  pour mieux suivre les dépenses affectées développement, garantir des résultats fiables et prendre les décisions idoines dans leur collaboration avec la BAD .

La Politique de Diffusion et d’Access à l’Information témoigne de l’engagement total de l’Institution à cette préoccupation. Celle-ci fait obligation à la BAD d’entreprendre ses opérations de manière transparente et sur la base de la transparence et de la responsabilité. D’où  l’engagement institutionnel de fournir toutes les informations requises dans les délais impartis sur les opérations de la Banque. L’entrée en vigueur de la nouvelle politique le 3 février 2013  constitue un premier pas dans le processus de mise en œuvre  de la transparence au cœur des opérations de la BAD. Cette politique a été renforcée par d’autres initiatives dont des ateliers régionaux et nationaux de sensibilisation et d’information.   

La  publication le 1er  juillet 2013  des normes de l’Initiative Internationale pour la Transparence de l’Aide constitue un pas important vers la transparence. Les données publiées couvrent une grande variété d'informations sur les projets du secteur privé et public. Selon AidData - une initiative globale  portant sur le  renforcement de l’impact de l’assistance au développement à travers un accès transparent à l’information sur l’aide -, “ cette  publication est remarquable car la Banque africaine de développement est la première banque multilatérale et  le deuxième donateur (après UNOPS) à publier un GEOCODING sur toutes ses activités et opérations  sous  un format IITA . Par cette action décisive, la Banque africaine de développement, un des appuis de ‘Open Aid Partnership’, a fait preuve  de son engagement total pour la transparence. Cela la hisse comme le chef de file en la matière au sein de la communauté des donateurs .”

Les retour d’informations sont encourageants, mais de nombreux défis demeurent, surtout en ce qui concerne le renforcement des systèmes et outils de l’institution pour faire de la transparence une de ses méthodes de travail. Des réformes sont déjà en cours, et elles font partie de l’agenda global de la BAD en matière de résultats.  

Ces dernières années ont vu la publication de nombre de revues sur l’efficacité du développement, témoignant ainsi de la contribution de la BAD au développement en Afrique sur la base de faits et chiffres. L’institution est également en train de revoir son cadre de mesure de résultats institutionnels, en vue de le rendre conforme aux objectifs principaux de sa Stratégie 2013-2022 que sont  la croissance inclusive et la transition vers une croissance verte pour une plus grande efficacité du développement.

L’initiative de transparence du Groupe de la BAD est une des expressions d’une Afrique continent en mutation, un continent où les populations exigent aujourd’hui la responsabilité et la transparence. La BAD continue à cet effet de recevoir le soutien de ses 77 Etats membres et de ses partenaires.  

La BAD reste convaincu que son initiative sur la transparence a des implications importantes sur les ressources financières et humaines. Elle a la ferme conviction que ces implications sont justifiées et constituent la seule voie pour elle de mener ses activités de développement.