Gala du 50e anniversaire de la BAD

27/05/2014
Share |

« Atteindre cinquante ans, c’est une étape importante dans la vie d’un individu et pareillement pour une institution. » Ce sont les paroles qu’a prononcées Donald Kaberuka, le président de la Banque africaine de développement (BAD), lors du dîner de gala organisé à Kigali en l’honneur du jubilé d’or de la Banque. Commencée en 1964, l’histoire de la BAD a vu l’institution grandir, au point de compter 54 pays membres régionaux (PMR) et 32 bureaux extérieurs répartis à travers le continent.

Première institution de financement du développement en Afrique, la BAD a été créée dans le but de mobiliser des ressources en faveur du développement économique et social de ses pays membres régionaux (PMR), à travers le soutien à des programmes de réduction de la pauvreté et la promotion d’une croissance durable. Devenue le partenaire privilégié de ses pays membres emprunteurs, en particulier lorsqu’ils traversent des temps difficiles, la Banque compte à son actif l’approbation de 4 001 prêts et dons, équivalant à un total de quelque 104 milliards de dollars EU.

Le gala, qui s’est tenu le 22 mai 2014, durant les Assemblées annuelles de la BAD, s’inscrit dans une série d’activités organisées tout au long de l’année, qui culmineront par des célébrations à Abidjan, en novembre prochain, qui dureront une semaine. Cette manifestation, à laquelle ont assisté le président rwandais, Paul Kagame, et le vice-président du Kenya, William Ruto, était l’occasion de célébrer le demi-siècle de réalisations de la Banque.

Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères et de la Coopération, a fait l’éloge de la Banque, saluant le soutien sans faille dont elle a fait preuve à l’endroit des efforts de développement sur le continent et ses excellentes performances.

« La Banque ne peut se développer seule, elle a besoin de partenaires et nous sommes résolus à travailler avec la BAD », a ainsi déclaré Claver Gatete, le ministre rwandais des Finances et de la Planification économique. Il a par ailleurs insisté sur la nécessité, pour les pays africains, de collaborer ensemble et a souligné les avantages qu’offrent des blocs régionaux, comme la Communauté de l’Afrique de l’Est. « Autrefois, il fallait 18 jours pour acheminer un conteneur du port de Mombasa jusqu’à Kampala, mais ce délai a été réduit de plus de moitié », a précisé Claver Gatete.

« Notre réunion ici fait plus que marquer une réalisation importante, il s’agit de travail et, en l’occurrence, de faire avancer l’Afrique », a déclaré Paul Kagame.