Ghana et le Togo s’unissent pour fournir de l'eau potable à Lomé et sur les côtes du Ghana

09/01/2015
Share |

Appuyés par la Facilité africaine de l'eau (FAE), les gouvernements du Ghana et du Togo ont signé, le 12 décembre 2014, un mémorandum d'entente qui porte sur la construction d'une canalisation destinée à acheminer de l'eau potable depuis la Volta inférieure, au Ghana, jusqu’à la ville de Lomé au Togo – dont profiteront également les communautés qui se trouvent le long de cette voie de transfert d’eau, au Ghana. La FAE a offert une subvention de 1,4 millions d’euros au Ghana, destinée aux travaux de préparation technique, juridique et financière du projet, qui fera l'objet d'un partenariat public-privé (PPP). Cette aide de la FAE sera complétée par une subvention de 0,7 million d'euros de la part de la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF).

La signature du mémorandum d'entente à Lomé a ouvert la voie au lancement des études préalables, notamment l’étude de faisabilité et l’évaluation d'impact social et environnemental, et à la prestation de services de conseil relatifs au projet. Le mémorandum d'entente établit les rôles et les responsabilités des deux pays au sein de l'organisation et au niveau de la mise en œuvre du projet.

« La signature du mémorandum d'entente marque le début de la concrétisation d’une idée née dans les années 1970, pour fournir un approvisionnement en eau potable depuis Sogakopé, au Ghana, jusqu’aux habitants de Lomé ainsi qu'aux communautés riveraines de ce pipeline transfrontalier » a déclaré Akissa Bahri, coordonnatrice de la FAE.

Une fois les études préalables achevées et le projet mené à bien, plus de quatre millions de personnes, au Togo et au Ghana, bénéficieront ainsi d'un approvisionnement amélioré en eau potable. Les subventions de l’AWF et de l’ALSF prépareront le terrain à la mobilisation de 100 millions d'euros auprès du secteur privé dans le cadre d'un partenariat public-privé, en vue de financer les infrastructures nécessaires.

La Ghana Water Company Ltd fera office d'agence d'exécution du projet.

Les sources d'eaux souterraines du Togo, qui approvisionnent Lomé et ses faubourgs sont menacées d'épuisement car surexploitées, et leur qualité se dégrade. L’immense fleuve Volta au Ghana, qui se déverse dans le Golfe de Guinée, affiche un débit important, qui représente une importante source d'eau douce à même de compléter les maigres ressources en eaux de surface du Togo. Ce projet se veut un moyen de renforcer la coopération sous-régionale, par le partage des ressources du Volta, un fleuve qui traverse plusieurs pays.