Énergies renouvelables : soutien massif au plan d’investissement du Ghana qui vise à transformer le secteur

15/05/2015
Share |

Réunies début mai 2015, les instances dirigeantes des Fonds d’investissement climatiques (FIC) sont convenues à l’unanimité de soutenir l’ambitieux plan d’investissement du Ghana, qui entend transformer et promouvoir le secteur des énergies renouvelables. Ce plan, auquel les FIC devraient allouer 40 millions de dollars EU de financement au titre du Programme de valorisation à grande échelle des énergies renouvelables dans les pays à faible revenu (dit SREP par acronyme en anglais) s’articule autour de quatre projets majeurs : le déploiement de mini-réseaux d’énergies renouvelables et de systèmes autonomes à base d’énergie photovoltaïque ; un système de facturation avec crédits des surplus non-consommés pour les installations photovoltaïques ; la production à des fins commerciales de l’énergie photovoltaïque et éolienne ; et un projet d’assistance technique (avec l’appui du Fonds des énergies durables pour l’Afrique, dit SEFA).

Au Ghana, nombreux sont les habitants privés d’électricité. Or le pays est fermement décidé à tirer parti de ses ressources renouvelables considérables et à bâtir un véritable secteur. A ainsi été défini un ensemble d’objectifs dans la politique énergétique du pays, comme offrir un accès universel à l'électricité d'ici à 2016 ; ou augmenter à 10 % la part des énergies renouvelables dans l’ensemble de la production d'électricité d'ici à 2020. Cependant, le secteur des énergies renouvelables du pays se heurte à plusieurs défis : une réglementation des cadres contractuels et tarifaires inadaptée et l’intérêt mitigé des investisseurs. D’un montant de 53,5 millions de dollars EU, le financement du SREP qu’appuie la Banque africaine de développement (BAD) et les financements des autres partenaires au développement aideront le pays à mobiliser davantage de ressources financières (publiques et privées), pour bâtir un secteur et des projets innovants.

« C’est avec beaucoup de plaisir que nous recevons cet appui important du SREP », a déclaré le vice-ministre ghanéen de l’Énergie, John Jinapor, à la tête de la délégation du pays (qui comptait également le point focal national du SREP, Seth Mahu-Ghana, et Henry Vanderpuye, membre du groupe de travail national) qui a présenté le plan d'investissement au sous-comité du SREP. « Nous avons pu constater que ce plan dispose d’un potentiel énorme pour le développement des énergies renouvelables du pays, grâce au montant du financement, mais aussi parce qu’il va aider à améliorer la confiance des investisseurs ; à adapter les cadres réglementaires, institutionnels et contractuels ; et à fournir un appui technique nécessaire », a déclaré le vice-ministre. Et d’ajouter : « Il permettra aux citoyens ghanéens de disposer durablement d’une énergie respectueuse du climat ».

Le plan d'investissement SREP est le deuxième plan d'investissement du Ghana à bénéficier du soutien des Fonds d’investissement climatiques. Le Ghana possède également un portefeuille actif au titre du Programme d'investissement forestier des FIC – il est l'un des rares pays à disposer de plans dans différents secteurs. Et cette décision du SREP permettra au Ghana de promouvoir de manière exponentielle un développement qui tienne compte du changement climatique.

À propos des Fonds d’investissement climatiques (FIC)
Créés en 2008, comme le plus gros instrument de financement climatique à décaissement rapide dans le monde, et dotés de 8,1 milliards de dollars EU, les FIC fournissent aux pays en développement des subventions, des prêts concessionnels, des instruments d’atténuation du risque et des prises de participation à même de catalyser des financements importants de la part du secteur privé, des banques multilatérales de développement et autres. Cinq banques multilatérales de développement – la Banque africaine de développement (BAD), la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), la Banque interaméricaine de développement (BID) et la Banque mondiale – mettent en œuvre des projets et des programmes financés par les FIC.

Pour lire le plan d’investissement, cliquer ici.