Ouganda : le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) soutient la résilience aux changements climatiques

05/03/2015
Share |

Le 4 mars 2015, la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un financement supplémentaire de 8,37 millions de dollars EU en faveur de l’Ouganda. Prélevé sur les ressources du Fonds pour les pays les moins avancés (FPMA) [i] du FEM, ce montant est destiné au Programme d’alimentation en eau et d’assainissement, que la Banque finance déjà.

Ces nouvelles ressources du FEM serviront à renforcer la résilience de l’environnement naturel et des infrastructures physiques dans les districts de l’Est de l’Ouganda, exposés aux sécheresses et aux inondations.

Le Programme d’alimentation en eau et d’assainissement vise à développer la résilience aux changements climatiques et aux conditions météorologiques défavorables – en particulier les inondations de plus en plus fréquentes –, et, partant, à renforcer la résilience économique, sociale et climatique. Le projet permettra par ailleurs de consolider les infrastructures d’eau et d’assainissement, dont le développement est indispensable pour promouvoir une croissance soutenue et diversifiée ; sur ce point, priorité sera donnée aux systèmes d’alimentation en eau en milieu rural et périurbain.

Le projet tient compte des changements climatiques qui devraient survenir en Ouganda selon les prévisions, et englobe donc les actions prioritaires y afférant et qui sont définies dans le Programme national d’action pour l’adaptation. Il poursuivra ces objectifs à travers les trois composantes  du volet d’adaptation climatique du Programme d’alimentation en eau et d’assainissement : 1) le renforcement de la résilience aux changements climatiques dans les zones exposées aux inondations du Mont Elgon ; 2) la mise en place d’installations d’assainissement résistant aux changements climatiques dans les zones périurbaines exposées aux inondations ; et 3) les dispositions visant à assurer l’accès à l’eau pour la production comme moyen d’adaptation aux changements climatiques dans les zones exposées aux sécheresses.

Les ressources supplémentaires du FEM viennent compléter un premier financement de 62 millions de dollars EU, que la BAD avait déjà accordé en faveur du Programme d’alimentation en eau et d’assainissement, approuvé en octobre 2011.


[i] Le Fonds pour les pays les moins avancés (FPMA) a été créé sur directive de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), lors de sa septième session. Il a pour objectif de répondre aux besoins des pays les moins avancés dans le cadre de la Convention sur les changements climatiques. Une priorité absolue est accordée à l’adaptation, en particulier au financement de la préparation et de la mise en œuvre de programmes nationaux d’action pour l’adaptation aux changements climatiques. Le Fonds entend financer des projets qui répondent aux besoins urgents et immédiats d’adaptation aux changements climatiques des pays les moins développés, en cherchant à réduire la vulnérabilité de secteurs et de ressources qui sont déterminants pour le progrès social et le développement national : eau, agriculture et la sécurité alimentaire, santé, gestion et prévention de catastrophes, et infrastructures, selon l’ordre de priorité donné dans les programmes d’action nationaux respectifs.