Rencontre de haut niveau sur les grandes régions africaines : « Tous ont un rôle à jouer dans cette intégration »

28/10/2013
Share |

Les chefs d'institutions africaines de premier plan  ont tenu, le lundi 28 octobre à Johannesburg, une réunion de haut niveau pour discuter des principales régions du continent. Parmi eux se trouvaient Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'Union africaine ; M. Pravin Gordhan, ministre des Finances d'Afrique du Sud ; M. Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, et M. Abdalla Hamdok, secrétaire exécutif adjoint de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique.

Se déclarant optimistes quant aux perspectives économiques de l'Afrique, ces hauts responsables ont estimé que les avancées de nombreux pays du continent ces dix dernières années ne permettaient pas de relâcher l'effort pour maintenir l'élan actuel. Dans la poursuite de cette voie, tous ont un rôle à jouer, ont-ils souligné. « L'important est de savoir que nous avons tous un rôle à jouer face à cette intégration. Et les organisations médiatiques devraient surtout  faire connaître les réussites de l'Afrique, » a dit la présidente de l'UA.

Pour sa part, le président de la BAD considère que le continent est parvenu à un moment très spécial de son histoire. La libération politique du continent étant désormais acquise, notre premier objectif est l'intégration économique, a-t-il dit. Le continent doit progresser au-delà du « tournant » pour parvenir au « point de basculement ». « Il nous reste un long chemin à parcourir et nous devons réaliser une croissance de 7 % au moins, développer nos infrastructures et faciliter les échanges pour atteindre notre objectif, » a ajouté M. Kaberuka.

Quelque 350 participants, composés de chercheurs, journalistes, membres de groupes de réflexion, décideurs politiques, représentants du secteur privé et de la société civile du monde entier ont assisté à cette réunion, qui s'est tenue à l'issue de la session inaugurale de la Conférence économique africaine.

La discussion a porté sur le rôle de leadership que les Africains devront assumer pour promouvoir l'intégration régionale. Parmi les questions évoquées figuraient la circulation transfrontière de marchandises, la sécurité régionale, la réduction des tractations qui ralentissent les affaires, les systèmes douaniers, l'harmonisation des programmes d'études, le développement de marchés intérieurs, les infrastructures, l'énergie, la création d'emplois et l'assistance financière aux jeunes.