Fort potentiel hydroélectrique en Afrique

04/10/2006
Share |

Fort potentiel hydroélectrique en Afrique

Les indicateurs montrent que l’Afrique subsaharienne souffre d’un manque endémique d’infrastructure. Dans le secteur de l’électricité, la capacité installée pour 1 000 personnes est très loin du dixième de la capacité européenne moyenne.

La consommation par tête d’habitant est également très faible, avec de fortes variations entre les pays de la région. Avec 950 kWh par personne, le Botswana affiche la plus forte consommation par personne ; le Burkina Faso se classe dernier avec une consommation par tête de 19 kWh. A titre de comparaison, la France consomme 6 850 kWh par habitant et la Grèce 4 575, pour une moyenne mondiale de 2 750 kWh par personne.

« Malgré d’importantes ressources hydro-électriques exploitables, l’Afrique n’en utilisait pas 8 % fin 2000 », a déclaré Roger Gaillard, expert en chef en infrastructure à la Banque africaine de développement, lors de la conférence Hydro 2006, qui s’est tenue en Grèce du 25 au 28 septembre 2006.

Selon lui, les perspectives du secteur de l’hydroélectricité en Afrique semblent assez prometteuses compte tenu de l’abondance des ressources et du prix élevé des hydrocarbures

Plus de 65 pays ont participé à la conférence, qui a regroupé les partenaires clés du secteur hydro-électrique.

Les représentants de la Bad, Roger Gaillard et Youssef Arfaoui, spécialiste en énergies renouvelables, ont présenté les activités de la Bad et les instruments financiers qui pourraient servir au développement de l’hydroélectricité en Afrique.

Les représentants de la Bad ont notamment insisté sur le besoin de promouvoir la participation du secteur privé pour développer le secteur, dans la lignée de la conférence interministérielle sur l’Hydroélectricité et le développement durable de Johannesburg en mars 2006.


Sections Connexes

Contact

Chawki Chahed Téléphone: +216 71 10 27 02