Monrovia : Lancement d’un projet innovant dans la chaine de valeur alimentaire

18/11/2013
Share |

Un projet novateur, visant à réduire la pauvreté en milieu rural et l'insécurité alimentaire, sera lancé le 19 novembre 2013, à Monrovia, au Liberia. Le Projet d'amélioration de la productivité agricole des petits exploitants et du cadre de commercialisation (dit en anglais SAPEC, pour “Agricultural Productivity Enhancement and Commercialization”) bénéficie d’un financement conjoint du Programme mondial pour l'agriculture et la sécurité alimentaire (dit en anglais GAFSP, pour “Global Agriculture and Food Security Program”) et du Groupe de la Banque africaine (BAD), qui gère et administre le projet.

Programmé sur quatre jours, l'événement sera lancé par le vice-président du Libéria, Joseph N. Boakai, en présence de quelque 200 participants, parmi lesquels des membres du gouvernement, des députés et sénateurs, des représentants de la communauté des donateurs, d’organisations agricoles ainsi que d’associations d’exploitants, et des bénéficiaires de projets similaires.

Le projet SAPEC devrait permettre d’augmenter les revenus des petits paysans et entrepreneurs ruraux – femmes, jeunes et handicapés en particulier –, donnant ainsi plus d’autonomie aux communautés rurales. Il s’agit aussi de préparer le terrain pour transformer l'agriculture, et la faire ainsi passer d’une activité de subsistance à une activité commerciale qui génère des revenus.

« Nous nous réjouissons cette contribution du GAFSP permette au Libéria de reconstruire et mettre en œuvre sa propre stratégie alimentaire et agricole, ce qui, selon nous, devrait avoir un impact considérable et durable sur les moyens de subsistance des petits exploitants du pays, s’est félicitée Geeta Sethi, gestionnaire du GAFSP. Ce projet aidera le Libéria à s’ériger en exemple pour d'autres pays sortant d’un conflit, sur la manière de bâtir un État stable, où règne la sécurité alimentaire et qui soit doté d’un secteur agricole dynamique qui contribue à la croissance économique, à l'augmentation des revenus ainsi qu’à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, tout en réduisant la pauvreté. Félicitations au Libéria ! »

« En effet, le SAPEC entend s’attaquer à la fragilité du Liberia, qui a subi quatorze années d’une guerre civile qui a dévasté l’économie, décimé les institutions, détruit les infrastructures et déclenché un exode rural massif », a précisé Chiji Ojukwu, responsable de l’agriculture et de l’agro-industrie à la BAD. Et de souligner que le projet promeut « une croissance qui profite aux pauvres, en investissant dans de petites exploitations agricoles afin de réduire l’insécurité alimentaire, tout en favorisant l’équité et la solidarité, puisqu’il veillera à ce que des femmes, des jeunes et des personnes présentant un handicap physique participent aux activités agricoles. Le projet SAPEC contribue ainsi à la paix et à l’édification de l’État au Liberia, et à la phase de transition que connaît ce pays fragile sortant d’un conflit vers son redressement et la résilience. »

Le SAPEC devrait optimiser la chaîne de valeur alimentaire, en développant les marchés et l’accessibilité grâce à la réhabilitation de 270 km de routes de desserte pour que celles-ci soient praticables tout au long de l’année. Douze centres commerciaux devraient également être réhabilités, neuf centres agro-industriels construits, et trois centres de transfert de technologie rénovés.

Le projet aidera aussi à accroître la productivité des hautes terres pour la culture du manioc (4 000 hectares) et du riz (1 000 ha). Il mettra également davantage de terres et d’eau à disposition des cultures agricoles, à la faveur de de 1 000 hectares réhabilités de plaines appartenant aux communautés.