Projet d’interconnexion électrique des pays des Lacs équatoriaux du Nil 32 millions de $ complémentaires du Fonds africain de développement au Kenya

16/06/2010
Share |

Tunis, le 16 juin 2010 – Le conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un prêt supplémentaire de 22,05 millions d’UC* (32,5 millions de dollars EU) à octroyer au Kenya au titre du Fonds africain de développement (FAD, guichet concessionnel du Groupe).

Ce complément de prêt servira au financement de la ligne de transport d’électricité du tronçon Kenya-Ouganda, qui fait partie du Projet d’interconnexion des réseaux électriques des pays des Lacs équatoriaux du Nil.

Il correspond au montant de la contribution que devait initialement apporter la Banque mondiale, contribution affectée au financement de la ligne de transport de l’électricité sur le territoire kényan et de l’équipement supplémentaire de la sous-station Lessos en territoire kenyan.

Rappelons que le 11 novembre 2008, le conseil d’administration avait approuvé le financement du Projet d’interconnexion des réseaux électriques des pays des Lacs équatoriaux du Nil comprenant le Burundi, le Kenya, l’Ouganda, la RD Congo et le Rwanda.

Le projet porte sur la construction et le renforcement de 769 km de ligne de 220 kV et 110 kV et de 17 postes de transformation, en vue d’interconnecter les réseaux électriques de ces cinq pays des Lacs équatoriaux du Nil (IBN).

Le coût global du projet est estimé à 166,64 millions d’UC, soit 245 millions de dollars EU. Il devrait être achevé en 2014. Il est financé à 73 % par le FAD et à 22,5 % par la coopération japonaise (JICA). Les 4,5% restants sont répartis entre les gouvernements concernés et l’IBN.

Ce projet vise à améliorer les conditions de vie des populations ainsi que la qualité du cadre de développement économique et social de la région, par la disponibilité accrue de l’énergie électrique à un coût abordable, de même que l’accès à l’électricité des populations par l’accroissement des échanges transfrontaliers d’énergie électrique.

L’interconnexion apportera un avantage comparatif aux réserves de capacité communes, raccourcira les périodes de pointe, et se traduira par des économies d’échelle par suite de  la construction des centrales hydroélectriques dans la région. Par ailleurs, l’exécution du projet permettra de réduire les prix de l’énergie électrique dans les deux pays, d’attirer des investissements, de promouvoir la compétitivité et de renforcer l’intégration régionale et le commerce.

* 1 Unité de compte (UC) = 1,47 dollars EU, à juin 2010