Les institutions financières internationales mobiliseront 400 milliards $ en faveur des Objectifs de développement durable

10/07/2015
Share |

Les banques multilatérales de développement et le FMI ont annoncé, ce 10 juillet 2015, leur intention de porter leurs financements à plus de 400 milliards de dollars EU au cours des trois prochaines années. Ce faisant, elles s’engagent à davantage et mieux se concerter avec leurs partenaires, publics et privés, pour mobiliser les ressources nécessaires à la réalisation du défi historique que constituent les futurs Objectifs de développement durable.

Le FMI et six banques multilatérales de développement — la Banque africaine de développement, la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque européenne d’investissement, la Banque interaméricaine de développement et le Groupe de la Banque mondiale — ont dévoilé leurs plans en ce sens, à la veille de la troisième Conférence internationale sur le financement du développement, organisée à Addis-Abeba (Éthiopie), du 13 au 16 juillet 2015.

Ambitieux, les Objectifs de développement durable exigent tout autant d’ambition dans la mobilisation des « milliards » de dollars que représentent notamment les flux actuels de l’aide publique au développement, afin d’attirer, lever et réunir des « milliers de milliards » de dollars d’investissements de toutes sortes — publics et privés, nationaux et internationaux.

Estimée à 135 milliards de dollars EU par an, l’aide publique au développement, constitue une source de financement cruciale, en particulier pour les pays les plus pauvres et les plus fragiles. Mais le compte n’y est pas : à eux seuls, les besoins annuels d’investissements dans les infrastructures dans les pays émergents et en développement s’élèvent à 1 500 milliards de dollars EU. Pour répondre aux besoins de financement — impressionnants mais réalisables — qui découlent du programme de développement post-2015, tout le monde doit exploiter au mieux le moindre dollar disponible, quelle qu’en soit la source, et attirer et accroître les investissements tant publics que privés. Les banques multilatérales – moteurs du financement du développement–  étudient une toute une gamme d’options pour passer à la vitesse supérieure.

Entre 2001 et 2015, celles-ci ont porté leurs capacités de financement de 50 à 127 milliards de dollars EU. Pour chaque dollar investi par leurs actionnaires, elles engagent c de 2 à 5 dollars de nouveaux financements chaque année. Dans le même temps, elles ont multiplié par quatre leurs investissements directs : chaque dollar directement investi dans les opérations du secteur privé permet de mobiliser 2 à 5 dollars de plus d’investissements privés. Leur décision de porter leur contribution à plus de 400 milliards de dollars EU au cours des trois prochaines années traduit en partie les efforts consentis pour exploiter au mieux leurs bilans.

Il faut encore aller plus loin pour lever davantage de fonds, développer des stratégies et des outils qui aideront les pays en développement à jouer un rôle plus important pour canaliser de ressources nationales. Dans cette perspective et en collaboration avec les pays, les banques multilatérales de développement et le FMI travaillent notamment à une nouvelle panoplie d’outils d’évaluation et d’optimisation des politiques fiscales et à développer les outils existants, comme la dématérialisation des passations de marchés publics pour mieux contrôler les dépenses.

Remplir les Objectifs de développement durable exige d’augmenter les flux financiers extérieurs aux pays en développement à des fins d’investissement. Encore faut-il que ces pays se soient dotés de stratégies de développement cohérentes, qui entendent préserver la stabilité macroéconomique tout en garantissant la prestation des services publics essentiels et un climat des affaires propice à la croissance.

En leur offrant conseils stratégiques et assistance technique, les banques multilatérales et le FMI aident les pays à élaborer des politiques économiques au service de ces objectifs. Par ailleurs, les prêts que ces banques consentent pour appuyer les politiques de développement et les programmes soutenus par le FMI offrent un appui financier global, afin de répondre aux besoins budgétaires et de balance des paiements.

Le secteur privé participe e plus en plus au financement des biens, des services et des infrastructures. Les banques multilatérales de développement sont résolues à travailler autrement avec ces partenaires sur un large éventail d’interventions, pour notamment rapprocher les investisseurs des opportunités d’investissement, aider les pays à rendre les investissements plus attrayants et pour créer des marchés financiers locaux.

Par ailleurs, les banques multilatérales s’associent à d’autres acteurs pour initier des approches de financement novatrices pour appuyer les besoins planétaires, à l’instar de la santé et du climat, en s’inspirant des nombreuses recherches en cours sur ces questions.

Extraits des déclarations des dirigeants des institutions financières internationales                                                                                                         

Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement

« L’année 2015 sera une étape vitale pour planifier l’avenir de l’Afrique — un continent qui présente les besoins de développement les plus aigus tout en offrant les meilleures opportunités — pour les Africains comme pour le reste du monde. Jamais les banques multilatérales ne s’étaient autant concertées que pour la préparation de cette conférence sur le financement du développement, apportant des solutions radicalement nouvelles afin d’augmenter leurs capacités de financement. L’échange d’exposition au risque souverain fait partie de ces options et c’est pour pouvoir développer ses opérations de prêt à ses clients en Afrique du Nord que la Banque africaine de développement, en collaboration avec la Banque mondiale et la Banque interaméricaine de développement, s’efforce de renforcer son bilan. »

Takehiko Nakao, président de la Banque asiatique de développement

« En cette période critique, les pouvoirs publics, le secteur privé et les banques multilatérales de développement doivent unir leurs forces pour relever les grands défis de développement dans le monde. La Banque asiatique de développement a déjà pris la décision radicale de renforcer ses capacités de prêt. En fusionnant ses guichets de prêt concessionnels et non concessionnels, la Banque pourra accroître de 50 % les financements à ses pays membres. Avec l’appui du secteur privé, à travers notamment son tout récent Bureau de partenariats public-privé, elle intensifiera ses efforts pour débloquer les immenses ressources privées disponibles dans la région de l’Asie et du Pacifique au service du financement du développement. »

Werner Hoyer, président de la Banque européenne d’investissement

« Si nous voulons juguler avec succès le changement climatique et permettre aux futures générations de bénéficier d’un développement durable, nous devons impérativement mettre en commun notre expertise technique et financière. La Banque européenne d’investissement travaille depuis longtemps avec les autres banques multilatérales de développement pour renforcer les investissements dans l’action climatique, l’infrastructure et le secteur privé, afin d’améliorer les conditions de vie dans le monde. Avec les autres banques publiques internationales, nous nous engageons à soutenir davantage les investissements dans les années à venir au service des Objectifs de développement durable, en libérant la croissance verte et en favorisant la transition vers des énergies propres et l’innovation. »

Suma Chakrabarti, président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement

« Pour intensifier notre impact et les investissements provenant de toutes les sources disponibles au service du développement durable, nous devons fournir, parallèlement aux financements, des conseils stratégiques et des connaissances. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement s’efforce de susciter des financements privés en appui aux investissements, d’infrastructure notamment, entre autres dans le domaine des énergies durables et de la lutte contre le changement climatique. Surtout, pour attirer avec succès des apports privés en soutien à ces objectifs publics, nous proposons également nos conseils stratégiques afin d’améliorer le cadre réglementaire et conforter les institutions. »

Luis Alberto Moreno, président de la Banque interaméricaine de développement

« Les banques multilatérales de développement et le FMI doivent impérativement travailler ensemble ainsi qu’avec les pouvoirs publics et le secteur privé pour mobiliser les ressources additionnelles nécessaires à la réalisation des Objectifs de développement durable. Nous œuvrons tous dans le même sens face à des défis urgents : réduire la pauvreté et les inégalités, promouvoir la croissance économique et la productivité afin de créer des emplois bien rémunérés, améliorer les infrastructures sociales et matérielles, mettre en place des politiques énergétiques durables, garantir la sécurité alimentaire et protéger la biodiversité, etc. La décision récente de la Banque de créer une branche entièrement dédiée à son portefeuille privé témoigne de son engagement à mobiliser toutes les sources possibles de financement du développement. »

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international

« L’année 2015, nous avons une occasion unique d’assurer le développement dans le monde. Et nous n’y parviendrons pas sans partenariats. Pour avancer, nous devons agir ensemble. Le FMI, avec ses pays membres répartis dans le monde entier et son mandat d’encourager la croissance économique et la stabilité, est un partenaire engagé. En cette année charnière, nous avons défini un certain nombre de domaines où l’octroi d’une aide supplémentaire peut avoir d’importantes retombées : nous venons d’élargir de 50 % l’accès à tous nos instruments de prêt concessionnels ; nous allons étendre notre programme déjà conséquent de soutien aux pays en développement pour la mobilisation des recettes fiscales ; et nous allons approfondir notre engagement auprès des pays autour d’enjeux clés pour le développement, comme le renforcement des infrastructures et la promotion de l’équité et de l’inclusion. »

Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale

« Nous devons nous débarrasser des stéréotypes de l’aide et modifier notre manière d’appréhender le développement. Il s’agit de créer des opportunités pour tous, donner à chacun la même chance de réussir sa vie et préparer le monde aux défis du changement climatique et des pandémies de demain. Pour y parvenir, nos besoins financiers se comptent désormais en milliers de milliards de dollars, qui proviendront de différentes sources : pays en développement, investisseurs privés, donateurs et institutions financières internationales. En conjuguant nos efforts, nous pouvons aider les individus à bâtir une vie meilleure, grâce à une éducation et des soins de santé de qualité, l’accès à l’eau potable et à des dispositifs d’assainissement efficaces. À travers ces investissements en faveur des populations, nous réaliserons notre objectif de mettre fin à l’extrême pauvreté dans 15 ans à peine. »