La Journée mondiale de la jeunesse

11/08/2006
Share |

La Journée mondiale de la jeunesse

La Banque africaine de développement (BAD), se joint à la communauté internationale pour commémorer la Journée internationale de la jeunesse le 12 août 2006. Les célébrations de cette année se tiennent sous le signe « Attaquons-nous ensemble à la pauvreté» et elles offrent l’occasion de réfléchir sur les actions pratiques permettant de responsabiliser les jeunes et de faciliter leur participation dans des processus et des  décisions qui touchent à leurs vies.

Selon le Rapport sur les objectifs de développement du millénaire de 2000, plus de 500 millions de jeunes vivent avec moins de deux dollars par jour. Environ 22,5 % des jeunes vivent dans la pauvreté extrême avec moins d’un dollar par jour. Aujourd’hui, environ trois milliards de jeunes dans le monde ont moins de 25 ans et environ 85 % se trouvent dans les pays en voie de développement. Selon le Rapport sur l’état de la population mondiale de 2005, les jeunes constituent la plus grande frange de personnes désœuvrées dans le monde. Alors que le travail permet de gagner un salaire, d’apprendre et d’acquérir de nouvelles compétences, bon nombre de jeunes  se trouvent dans les secteurs à très basse rémunération ou à  très basse qualification, avec moins de chances d’avancer ou d’échapper à la pauvreté, bien qu’ils jouent un rôle prépondérant dans la lutte contre la pauvreté.

En Afrique sub-saharienne, par exemple, bien que la scolarisation au niveau du primaire soit passée à 64 % depuis 1990/1991, moins de la moitié des enfants en âge d’école primaire sont inscrits à l’école par rapport à 95 % en Amérique latine ou dans les Caraïbes. 

Il est très préoccupant de constater la disparité entre les sexes en Afrique sub-saharienne où se trouvent près de 80 % des enfants ayant abandonné l’école. Ajouté à cela, le phénomène du VIH/SIDA dont l’épicentre est en Afrique sub-saharienne. Avec  environ 10 % de la population mondiale, l’Afrique sub-saharienne contient 64 % des séropositifs dans le monde, et 90 % des jeunes vivant avec le virus dans le monde.

Au cours des dix dernières années, le nombre de réfugiés, la plupart étant des jeunes, est passe de 8,5 millions à 19 millions dans la Région des grands lacs et la Corne de l’Afrique. La situation des jeunes dans ces régions est davantage compliquée par le phénomène d’enfants soldats et d’anciens combattants qui, malheureusement, n’ont pas fréquenté l’école et n’ont pas connu de développement moral de type parental. Ces défis énormes présentent des perspectives sombres pour les jeunes. C’est pourquoi bon nombre de jeunes demandent à leurs gouvernements de trouver des solutions à leurs problèmes.

C’est en considérant ces défis et l’urgente nécessité d’atteindre les objectifs de développement du millénaire (ODM), que la banque a reconnu le besoin d’inclure les questions de population dans toutes ses interventions dans le but de sauvegarder les droits de la jeunesse. Il s’agit aussi de promouvoir l’égalité des sexes et de l’intégrer dans les programmes nationaux de développement pour aider les jeunes à réussir leur accession à l’âge adulte. 

Conformément aux recommandations de la Direction de la Banque de faire de l’année 2005 « l’année de mise en œuvre », le Groupe de la Banque a accéléré la mise en œuvre de sa nouvelle politique de réduction de la pauvreté en engageant plusieurs activités ayant un impact direct sur la jeunesse. Ceci comprend: la diffusion au sein du personnel de divers aspects de l’économie de la pauvreté, la formation du personnel en « économie de la pauvreté », ainsi que les analyses d’impact social et leur articulation avec les Documents Pays de Réduction de la Pauvreté (DPRP).

La Banque promeut également les réformes garantissant le renforcement des capacités de la jeunesse à travers la promotion d’un enseignement de qualité dans l’enseignement supérieur et la formation scientifique, technologique et professionnelle. Il s’agit de soutenir les efforts des pays membres régionaux pour créer un environnement politique, économique et social favorable visant à faire reculer la fuite des cerveaux.

Depuis la mise en oeuvre de la gestion basée sur les résultats, la Banque a mis davantage la  pauvreté  au centre des Documents de Stratégie Pays (DSP) et a augmenté la capacité des PMR à accomplir des efforts en matière d’efficacité du développement et ainsi faire des progrès pour atteindre les ODM. La Banque a également fait un pas pour approfondir la dimension « réduction de la pauvreté » dans des domaines spécifiques comme l’agriculture et le développement rural, l’infrastructure, et en allouant davantage de ressources aux secteurs de l’éducation, la santé, l’eau et l’assainissement, qui ont un impact direct sur les jeunes.

En cette Journée Internationale de la Jeunesse, le Groupe de la Banque aimerait réaffirmer sa détermination à promouvoir le renforcement de la participation des jeunes dans les processus et décisions qui affectent leurs vies. La Banque partage aussi le point de vue selon lequel les jeunes sont de futurs dirigeants et qu’ils doivent être préparés à jouer ce rôle. Leurs talents doivent également être utilisés pour combattre la faim, la pauvreté et les conflits en Afrique.

 

External Relations and Communication Unit
Tel.: +216 71 10 29 16 – Fax: +216 71 10 37 52 – E-mail: comuadb@afdb.org


Contact

Michael Ocilaje Téléphone: +216 71 10 3665