Interview avec le Médiateur de la BAD, N.C. De-Souza

03/03/2009
Share |

Mme De Souza-2

«Il ne s’agit nullement de transfert de rôle. Les champions de la promotion des valeurs  (ndlr CPV)  serviront essentiellement de facilitateurs de second secours pour venir en aide aux collègues dans les bureaux », a affirmé Mme. N.C. De-Souza, suite au lancement, le 28 février 2009 à Tunis, du programme des CVP.

La Banque qui Bouge : Le Bureau du médiateur vient de lancer, sous les auspices du Président Kaberuka, un  programme de Champions de la promotion des valeurs, dans les bureaux régionaux, avec en ce qui les concerne, une formation. Qu’en est-il ?

N.C De-Souza : Merci à  La Banque qui Bouge de s’approcher de nous pour en savoir davantage. En effet, la Banque reconnaît à chaque membre de son personnel le droit d’être traité avec respect et sans atteinte à sa dignité. Tout comportement contraire à l’éthique ou toute forme d’intimidation et de harcèlement est fortement désapprouvé par notre institution. En vue de favoriser les bonnes pratiques, et d’endiguer ce fléau social, le Président s’est engagé en faveur de mesures de gestion de conflit susceptibles de contribuer à la résolution précoce des litiges en milieu de travail, prévenant ainsi l’escalade vers des formes plus aigues, avec parfois de coûteuses procédures en justice. Il est donc important, dans un contexte comme celui-ci, que nos efforts de relations avec nos bureaux extérieurs soient conduits de manière aussi efficace et efficiente que possible.

C’est dans cet esprit, que le Président a donné son accord au Bureau du médiateur pour la création d’un programme de Champions de la promotion des valeurs (CPV), qui aura à répondre à ce besoin dans nos bureaux extérieurs. L’idée est largement inspirée d’un programme de la Banque mondiale, celui de «Conseillers pour le respect en milieu de travail », qui dépend de leur Bureau du Médiateur de cette institution et lui permet de rester à l’écoute de ses bureaux extérieurs.

La Banque qui Bouge
: Quelle latitude particulière donnez-vous au programme de Champions de la promotion des valeurs ? Les champions auront-ils pour rôle de gérer à votre place, les conflits dans les bureaux régionaux ?

N.C. De Souza
: Non. Pas du tout. Il ne s’agit nullement de transfert de rôle. Les CPV serviront essentiellement de facilitateurs de second secours pour venir en aide aux collègues dans les bureaux. Jusqu’ici, le Médiateur n’a pu offrir en direction de nos bureaux extérieurs que des services à portée très limitée, ce qui se comprend, en raison des distances. Le courrier électronique, le téléphone et la vidéoconférence ont été utilisés et, à l’occasion, dans le passé, le Médiateur a dû se rendre en personne sur le terrain pour faciliter la résolution de certains conflits.  Il est évident que l’efficacité et la durabilité peuvent être difficiles à réaliser dans de telles circonstances.

Comme vous le savez, des dispositions visant à renforcer les mécanismes internes d’administration de la justice et de recours, existent à la Banque. Nous disposons du Conseil du personnel, du Tribunal administratif de la Banque, du Comité d’appel du personnel et du Bureau du médiateur. En plus, le Conseil a récemment approuvé la création d’un Bureau de l’Éthique, qui sera bientôt opérationnel et pourvu d’un chef. L’existence de telles structures au sein d’organisations comme la nôtre devient de plus en plus un étalon de gouvernance et la marque d’une institution à visage humain.  La gestion des différends a acquis le statut d’un problème parmi d’autres, je veux dire.

La Banque qui Bouge : Quel est le profil d’un Champion de la promotion des valeurs ?

N.C. De Souza : Les CPV constitueront en fait, un réseau de pairs désignés par leurs collègues conformément à des critères explicites stricts qui privilégient l’intégrité personnelle avérée. Ils sont une source d’aide informelle pour les membres du personnel qui seraient confrontés à des comportements contraires à l’éthique et à d’autres formes de stress ou de harcèlement en milieu de travail.  Le CPV sera une ressource disponible, inspirant confiance, donnant, en particulier, toute assurance pour le traitement confidentiel des questions, et auprès de qui le personnel pourra trouver de l’aide et de l’appui lorsqu’il rencontre des problèmes dans son milieu de travail. Les 23 bureaux extérieurs en activité en dehors de la Tunisie ont maintenant désigné leurs CPV, qui doivent suivre une formation rigoureuse de quatre jours, animée par des experts de CHRM et de la Banque mondiale. Cette formation durera quatre jours et leur permettra de jouer leur rôle en toute quiétude. Il va sans dire que les cas présentant une certaine complexité devront être portés à l’attention du Médiateur.


Interview by:
Aristide Agoungnon Ahouassou
a.ahouassou@afdb.org
Tél: 7110-3414


Sections Connexes