Entrevue avec le professeur Emmanuel Nnadozie, directeur, Division commerce, finance and développement économique, CEA, Addis-Abeba (Ethiopie)

21/10/2009
Share |

Prof Emmanuel Nnadozie

Entrevue  avec le professeur Emmanuel Nnadozie, directeur, Division commerce, finance and développement économique, CEA, Addis-Abeba (Ethiopie)

Question : Quelle est pour la CEA l'importance de la Conférence économique africaine?

Réponse : Tout comme les précédentes éditions de la Conférence économique africaine, celle de cette année est très importante. Elle est organisée sur le thème: "Promouvoir le développement en période de crise financière et économique. Le thème est tout à fait indiqué, compte tenu des réalités mondiales et régionales auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui.

La conférence sera l'occasion pour les experts, les universitaires et les décideurs politiques, de se réunir et d'examiner les différentes aspects du développement africain et de trouver les solutions aux défis à relever par l’Afrique en raison de cette crise financière et économique.

La Conférence fournira non seulement une plateforme pour le partage des recherches de première main, mais elle sera également une occasion de partage du savoir, afin que plus de personnes soient bien informés sur ce qui se passe dans les différents pays et secteurs économiques et, sachent comment les responsables politiques sont aux prises avec la crise. La conférence se penchera aussi sur la façon de prévenir les crises futures et de s'assurer que les économies sont gérées de telle façon que si une autre crise éclatait à l'avenir, l'impact ne porterait pas gravement atteinte aux bases économiques et sociales des collectivités.

Question : Quelle est la performance récente de l’Afrique, sous l’angle de la croissance économique et de la réduction de la pauvreté?

Réponse : Au cours des dernières décennies, les pays africains ont réellement fait des progrès significatifs dans de nombreux domaines du développement, en particulier celui de la croissance économique. Malheureusement, cette croissance ne s'est pas nécessairement traduite par une amélioration significative des conditions de vie, ni par une augmentation significative des niveaux de l’emploi, ni par  une réduction significative des niveaux de pauvreté sur le continent.

D’où l’importance pour les décideurs politiques de réfléchir aux moyens de favoriser une croissance qui soit propice au développement de l'homme ou qui puisse apporter des transformations dans les sociétés pour le  bien-être humain.

Question : Comment la crise financière et économique mondiale affecte-t-elle cette performance?

Réponse : La récente crise financière et économique mondiale a aggravé la situation et créé d'énormes problèmes sur le plan économique et social. Il y a eu une réduction des niveaux du commerce, des flux de capitaux vers le continent, et des transferts de fonds de la diaspora africaine ; ce qui a réduit les capacités des pays à satisfaire leurs besoins sociaux en raison des contraintes budgétaires. C’est donc une nécessité pour les pays africains de trouver les voies et moyens de s’attaquer à cette crise, et de surcroît de penser au développement sur le long terme.

Question : Que peut-on faire pour que l'intégration régionale soit plus efficace?

Réponse : S’assurer que les communautés économiques régionales (CER) sont connues et ont la capacité requise pour être des pivots pour le succès de l'intégration régionale. Elles doivent avoir la capacité requise pour accélérer le programme d'intégration au moins au niveau sous-régional, avant la réalisation de l’intégration continentale.

Nous devons trouver les moyens de faire en sorte que les institutions d'enseignement supérieur, ainsi que tous les centres de recherche et centres d'excellence, avec les différents cadres d'Afrique et à l'étranger, travaillent ensemble pour élaborer des projets de recherche et obtenir des résultats qui aident à résoudre certains de ces problèmes.

Question : Que peuvent faire les chercheurs africains pour promouvoir l'intégration régionale?

Réponse : Bien sûr, beaucoup de ces problèmes touchent également d'autres pays, que ce soit du point de vue des capacités institutionnelles à créer ou à renforcer,  -  capacités humaines aussi - ou du point de vue du développement des infrastructures, qui, bien sûr, est l'un des facteurs-clé pour l’avènement de l'intégration régionale.

Si la recherche se fait dans ce domaine, alors la résolution des problèmes de recherche permettra de présenter des options et des recommandations politiques pouvant être adoptées aux niveaux national et régional. La recherche aura alors contribué à relever les défis auxquels le continent est confronté.