Interview avec le chef d’unité des Etats fragiles, Margaret Kilo

09/06/2009
Share |

DSC 8958

« Les enseignements tirés de la conférence pourraient aussi être utiles dans la préparation des directives dont pourraient se servir les donateurs et les pays bénéficiaires de l’aide pour améliorer l’aide au développement dans les états fragiles », déclare le chef d’unité des Etats fragiles de la BAD, Margaret Kilo.

Question : La question des Etats fragiles occupe une place essentielle dans la Stratégie à moyen terme de la Banque. Pouvez-vous nous dire ce qui a déterminé l’organisation d’une telle rencontre à ce moment précis ?

Réponse : Un état fragile se caractérise essentiellement par l’indisponibilité ou la faible capacité de prestation de services publics : santé, éducation, approvisionnement en eau et assainissement, sécurité, etc. Par conséquent, cette conférence offre un cadre à partir duquel les donateurs et les pays bénéficiaires de l’aide peuvent échanger les idées et expériences sur les formules qui fonctionnent et celles qui ne fonctionnent pas dans le processus de prestation de services publics dans les pays fragiles ou  affectés par les conflits.   

Question : Quels sont les enjeux de la sous-traitance dans l’appui aux Etats post-conflit et en situation de fragilité ?

Réponse: La sous-traitance des fonctions essentielles de l’État est une solution qui pourrait être mise en œuvre pour aider à améliorer la prestation de services dans certains Etats fragiles. Cette approche a l’avantage d’inclure le secteur privé dans le processus de prestation de services publics dans les Etats fragiles. Telle que démontré lors des débats, l’approche peut porter des fruits ou échouer ; tout dépend du contexte de chaque pays. D’autres solutions ont été proposées, parmi les quelles l’utilisation des « pourvoyeurs de services indépendants ». Toutes ces propositions n’ont pas encore été mises à l’épreuve et elles ont pour objectif principal l’amélioration de la prestation de services publics essentiels dans les pays fragiles et affectés par les conflits.  

Question : Quelles sont vos attentes par rapport aux discussions qui y sont menées et comment comptez-vous vous servir rapidement des conclusions de cette rencontre dans le cadre des objectifs que vous vous êtes fixés ?

Réponse : Au terme de la conférence, les participants seront en mesure de déterminer les raisons de l’échec de la prestation de services dans les pays fragiles ou affectés par les conflits. Ils seront également en mesure de déterminer des stratégies qui contribueraient à l’améliorer de la prestation de services. Il sera donc question dans la prochaine étape de mettre en application ces idées en les harmonisant avec les documents de programmation ou en les appliquant dans les opérations d’amélioration de la prestation de services. Les enseignements tirés de la conférence pourraient aussi être utiles dans la préparation des directives dont pourraient se servir les donateurs et les pays bénéficiaires de l’aide pour améliorer l’aide au développement dans les Etats fragiles.