Interview avec M. Kordjé Bédoumra, Secrétaire général de la BAD - Le bilan des Assemblées annuelles 2009 de la BAD

25/05/2009
Share |

Bedoumra1

« Les choses se sont déroulées tel que planifiées. Le principal indicateur du succès est la satisfaction exprimée ouvertement par les Gouverneurs, les observateurs, les médias, et les  participants de manière générale,  sur l’organisation des assemblées annuelles de Dakar »
- M.  Kordjé Bédoumra,  Secrétaire général de la BAD

Question : Monsieur le Secrétaire général, à l’issue des Assemblées annuelles 2009, comment appréciez-vous le déroulement de ces rencontres ?

Réponse : Les choses se sont déroulées tel que planifiées et aucun problème majeur  n’a été signalé. Le principal indicateur du succès est la satisfaction exprimée ouvertement par les Gouverneurs, les observateurs, les médias, et les  participants de manière générale,  sur l’organisation des assemblées annuelles de Dakar. Selon le témoignage des collègues ayant assisté à plusieurs des ces réunions, c’est certainement l’une des assemblées annuelles du Groupe de la Banque les mieux réussies. Nous avons travaillé en symbiose avec le Comité national d’organisation. Il y a eu une forte participation à tous les événements, et les discussions approfondies ont eu lieu sur le thème  principal, à savoir l’impact de la crise financière sur l’Afrique. La présence des chefs d’Etat a  aussi rehaussé les travaux de ces assises.  

Question : Quelles sont les recommandations majeures de cette conférence ?

Réponse : S’il y a au moins une chose que l’on doit retenir, c’est la décision des Gouverneurs d’engager le processus de la sixième augmentation du capital, tout en cherchant des solutions innovantes pour accroître les ressources en direction des pays les plus pauvres. La Banque sera en mesure de se doter davantage de ressources pour aider les pays africains, dont les besoins se sont aggravés avec la crise financière. La Banque a réagi vite pour aider les pays africains dans ce contexte de crise internationale.

Les Plénipotentiaires du Fonds africain de développement (FAD) ont entamé des discussions très positives, y compris sur comment accroître les ressources du FAD.

Les Gouverneurs et les personnalités présentes ont vivement apprécié le leadership du président Kaberuka, à qui ils ont renouvelé leur soutien. Ils ont salué les initiatives nouvelles et les orientations que lui et le Conseil d’administration sont en train d’impulser à la Banque, ainsi que le travail accompli.
Les Gouverneurs ont donné leur accord pour l’entrée du Luxembourg à la Banque. Après l’entrée de la Turquie aux Assemblées annuelles de 2008 à Maputo, cette deuxième adhésion en l’espace d’une année est un signe de l’intérêt de la communauté internationale pour la Banque et l’Afrique.

Il y a évidement les décisions importantes que constituent l’approbation des comptes et l’allocation du revenu net. Les performances de la Banque ont été saluées.

Les Gouverneurs ont réaffirmé leur appui à la stratégie à moyen et long terme de la Banque et les orientations prioritaires.  Il y a naturellement des défis et enjeux que la Banque doit continuer à relever, tels que  la question du renforcement de la décentralisation, la flexibilité dans la mise en œuvre des projets, l’effectivité des résultats et le renforcement des capacités internes.  

Question : Pouvez-vous nous édifier sur vos fonctions de Secrétaire général  de la Banque africaine de développement ?

Réponse :  Le Secrétaire général de la Banque est chargé d’organiser les travaux des Conseils des gouverneurs, des Conseils d’administration et de leurs organes subsidiaires et de gérer les relations entre ces Conseils et la haute direction ; de coordonner les relations statutaires entre la haute direction, les Conseils et les Etats membres ; de superviser la fourniture des services administratifs de protocole et de soutien au personnel élu, aux fonctionnaires de la Banque et aux membres de leurs familles. Par ailleurs, le Secrétariat général est responsable de la documentation, des archives et des services de conférence de l’institution.

Question : Quel est le rôle du Secrétaire général dans l’organisation des assemblées annuelles ?

Réponse : D’abord il serait bon de rappeler que les assemblées annuelles sont une réunion conjointe du Conseil des gouverneurs de la Banque et du Conseil des gouverneurs du Fonds africain de développement. C’est pour cela que l’on parle des assemblées annuelles du Groupe de la Banque. Chacun des soixante dix sept états membres (bientôt 79 avec la finalisation des formalités avec la Turquie et le Luxembourg) est représenté au Conseil des gouverneurs de la Banque par un gouverneur, et chaque État participant au Fonds qui n'est pas membre de la Banque nomme également un gouverneur. Le président du Conseil des gouverneurs de la Banque est d'office président du Conseil des gouverneurs du Fonds. Tous les pouvoirs de la Banque et du Fonds sont dévolus aux Conseils des gouverneurs.

Le Secrétaire général de la Banque est le Secrétaire des Conseils des gouverneurs. A ce titre, il planifie et organise les assemblées annuelles. Ces assemblées sont organisées selon des règles et pratiques approuvées par les Gouverneurs. Le Secrétaire général est en charge des relations avec les Gouverneurs pour les invitations, et pour les ordres du jour et les documents approuvés par le Conseil d’administration  pour présentation aux assemblées annuelles. Il établit le compte rendu analytique des débats des assemblées annuelles et tient un dossier complet des décisions. Sur le plan organisationnel et logistique, le Secrétaire général préside le Comité permanent de la Banque chargé d’organiser les assemblées annuelles. Ce comité, en plus de tous les services du Secrétariat général,  comprend tous les départements et unités impliqués dans l’organisation des assemblées annuelles (administration, informatique et télécommunications,  traduction et interprétation, sécurité, finances, etc).  C’est ce comité qui planifie et organise les assemblées annuelles, et relation étroite avec le pays organisateur.