Capital social et volonté de payer pour les biens environnementaux

27/10/2011
Share |

Le second exposé de la session  a porté sur « capital social et volonté de payer pour les biens environnementaux dans les pays africains ». Cette analyse stratégique  permet de savoir s’il existe  chez les citoyens des dispositions à payer pour les dommages causés sur l’environnement.

Mesurer la volonté des populations à payer pour les biens environnementaux ? Cette démarche relève avant tout d’une méthodologie  visant à évaluer, mais surtout  la volonté des consommateurs à vouloir payer pour ces biens.  Cette volonté étant en amont, influencée par la confiance que les individus ou groupes sociaux ont dans la volonté politique de leurs gouvernants ainsi que dans la gouvernance de l’environnement.

Pour beaucoup d’Africains, payer pour  la qualité de l’environnement est un luxe. La première raison  étant liée au fait que les pays sont les plus exposés au changement climatique.

Ensuite, il existe une relation entre le capital social et l’environnement. Le capital social  est constitué par les dimensions sociales qui ont une valeur non négligeable de mesurer les questions touchant au développement. Elles reflètent la volonté des pays ainsi le degré d’implication des individus ou de la société.

D’où la nécessité d’investir dans le processus associatif pour que l’information sur la gestion de l’environnement puisse parvenir aux individus pour leur permettre d’avoir des éléments de choix.