Fonds pour les changements climatiques en Afrique : adhésion de l’Italie avec une contribution de 4,7 millions € ; et 0,36 million $ octroyé à Zanzibar

14/12/2015
Share |

Le gouvernement italien a annoncé, jeudi 10 décembre 2015, contribuer pour 4,7 millions d’euros au Fonds pour les changements climatiques en Afrique (FCCA), une initiative lancée en 2014 par la Banque africaine de développement (BAD). Le FCCA, qui a bénéficié d’un apport de de 4,725 millions d’euros de l’Allemagne à sa création, a pour objectif d’accompagner les pays africains dans le renforcement de leur résilience aux effets négatifs des changements climatiques et dans leur transition vers une croissance durable à faible émission de carbone. Outre sa contribution au FCCA, l’Italie a abondé également 7,4 millions d’euros en faveur du Fonds des énergies durables pour l’Afrique.

Annoncé quand le sommet COP21 tant attendu tirait à sa fin à Paris, cet apport de l’Italie s’inscrit aussi au moment où l’on observe un regain d’élan et d’ambition au niveau mondial pour s’attaquer aux changements climatiques. Ce nouvel engagement démontre la volonté du gouvernement italien d’aider les pays africains à combattre les changements climatiques. « L’Italie s’engage à soutenir les pays en développement dans la lutte contre les changements climatiques », a déclaré le ministre italien de l’Environnement, de la Protection du territoire et de la Mer, Gian Luca Galletti, lors de sa rencontre avec le chef de la Division de l’environnement et du changement climatique à la BAD, Kurt Lonsway, le 10 décembre sur les lieux de la COP21 à Paris. Et d’ajouter : « Ce partenariat avec la BAD aidera les pays africains, qui sont parmi les plus vulnérables, à accomplir une croissance durable et inclusive ».

Cet apport de l’Italie, qui porte les contributions totales au FCCA à plus de 9,4 millions d’euros, a valeur d’un vote de confiance pour le travail réalisé par le Fonds, qui voit ainsi reconnaitre son bilan positif et son fort potentiel pour aider les pays africains à mobiliser des financements climatiques importants et à réduire leur vulnérabilité au changement climatique, lequel compromet le développement du continent et met en péril des millions d’Africains et leurs moyens de subsistance. Le partenariat avec l’Italie sera déterminant dans l’intensification de l’action de la BAD dans le domaine du changement climatique. Il contribuera à atteindre l’ambitieux objectif de la Banque, qui entend tripler ses financements climatiques, de sorte de les porter à 5 milliards de dollars EU par an d’ici à 2020.

Cette adhésion de l’Italie représente une étape clé pour le  FFCA, que l’on souhaite muer en  fonds multi-bailleurs. En attendant, le FCCA progresse et, grâce à lui, des activités concrètes sont menées sur le terrain.

Ainsi, vendredi 11 décembre 2015, le FCCA a approuvé un nouveau projet, ce qui porte à six le nombre de projets approuvés par le fonds en 2015 pour faciliter l’accès  aux financements climatiques sur le continent. Ce nouveau projet consiste en un don de 361 515 dollars EU au gouvernement de Zanzibar – une petite île très vulnérable aux impacts du changement climatique –, qui l’aidera à renforcer les capacités nationales en matière de changement climatique et à intégrer la résilience climatique dans la planification de son développement dans quatre secteurs clés, au niveau tant national que local : agriculture, pêche, infrastructures et tourisme. Ce don permettra également de concevoir et d’élaborer des projets de façon à mobiliser d’autres financements climatiques pour renforcer la résilience de ces secteurs.

Le FCCA a déjà approuvé des projets au Mali, au Swaziland, au Kenya et au Cabo Verde, ainsi qu’un projet d’ampleur continentale. En marge de la COP21 à Paris, le Pavillon Afrique a présenté le travail fantastique accompli par le FCCA, au cours d’un événement organisé le 10 décembre 2015. Kurt Lonsway a déclaré, à cette occasion : « La jeune expérience du FCCA a démontré la forte demande qu’ont exprimée les gouvernements africains et d’autres parties prenantes d’être accompagné pour accéder aux financements climatiques. Le FCCA approuve de nouveaux projets tous les deux mois, mais la demande dépasse de loin les financements disponibles. La contribution de l’Italie nous permet d’intensifier ce soutien si nécessaire et nous espérons que cela ouvrira la porte à d’autres bailleurs de fonds pour contribuer au FCCA ».

À propos du Fonds pour les changements climatiques en Afrique : Le FCCA, géré par la Banque africaine de développement, a été créé en avril 2014 avec une contribution de 4,725 millions d’euros de l’Allemagne. Il a pour objectif d’intensifier un développement adapté au changement climatique dans les pays africains, en accroissant la mobilisation de financements climatiques internationaux. Ce fonds apporte un soutien, qui va du renforcement des capacités des institutions africaines pour leur permettre d’accéder aux financements climatiques et de les gérer, à la mise en place de projets et de programmes susceptibles d’avoir un impact et d’attirer des financements climatiques du Fonds vert pour le climat et d’autres sources. Selon le secrétariat du FCCA, 16 autres projets en attente d’être approuvés font actuellement l’objet d’une évaluation.