Les médias ivoiriens prêts à accompagner le retour de la BAD à Abidjan

26/07/2013
Share |

« La Côte d’Ivoire, à travers ses médias et autres outils de communication, est prête à accompagner le processus du retour de la BAD, en Côte d’Ivoire, afin d’en faire une réussite.» La ministre ivoirienne de la Communication, Affoussiata Bamba-Lamine, a fait cette déclaration, le 23 juillet, en recevant une mission de communication et de gestion du changement de la Banque africaine de développement  qui séjourne à Abidjan du 22 au 26 courant.

Pour la ministre, porte-parole adjointe du gouvernement, les médias ivoiriens, en concertation avec l’équipe de communication de la BAD, dirigée par Magatte Wade, chef de l’Unité des relations extérieures et de la communication, feront en sorte que le grand public ivoirien s’approprie le retour de l’institution à son siège. La ministre a promis de mettre à contribution la radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI), l’Agence ivoirienne de presse (AIP) et le quotidien gouvernemental, Fraternité Matin.

Pour Mme Bamba-Lamine, que la « Côte d’Ivoire soit encline à accompagner la communication de la BAD pour son retour va de soi, car la BAD a toujours su être un acteur de premier ordre pour le développement de  la Côte d’Ivoire. » Elle a également exprimé la totale satisfaction de son pays pour son partenariat de choix avec la BAD qui a été à ses côtés lors de la sortie de crise. Tout comme elle lui apporte en ce moment son appui sur des projets d’infrastructures comme la construction du pont Henri Konan Bédié et la centrale d’énergie thermique Azito. 

Démarrée le 22 juillet, la mission de la BAD est conduite par Nono Matondo-Fundani, directeur du Retour de la BAD.  Elle comprend des experts en communication et en gestion du changement. La mission de prise de contact et d’information vise à se faire une idée de l’état des lieux en matière de communication, depuis le départ de la BAD, en 2003, à écouter et à recueillir les avis et conseils des partenaires ivoiriens.

A cet effet, la mission a échangé avec les responsables de  structures gouvernementales  comme la RTI, l’AIP, le Centre d’information de  Communication gouvernementale (CICG),  le quotidien Fraternité Matin, l’imprimerie ivoirienne, le réseau des chargés de communication des ministères et des associations professionnelles. Elle a aussi visité des journaux et médias privés qui se sont dit entièrement disposés à appuyer la communication de la BAD à travers des initiatives spéciales, en plus de leur métier de traitement de l’information. 

La mission a également recueilli les conseils et suggestions du directeur de cabinet du Premier ministre, Théophile Ahoua N’Doli, et du  ministre d’Etat, ministre du Plan et du développement, Albert Toikeusse Mabri. Au cours des échanges,  Magatte Wade, a indiqué aux partenaires ivoiriens que l’approche de la communication devra être stratégique, car le retour se passe dans des contextes nouveaux, tant du côté de la BAD que du pays hôte.  « A son départ en 2003, le personnel se chiffrait à environ 900 employés. 

Et pour le retour, le chiffre se situe au-delà de 2000, sans compter les membres des familles.  En outre, environ 80% des employés ont été recrutés à Tunis, et ont donc peu ou pas d’expérience de la Côte d’Ivoire. D’autre part, dix ans plus tard, le contexte socio-économique ivoirien est tout aussi différent, » a-t-il souligné...

La mission a mis à profit son séjour pour visiter les chantiers du siège et de l’immeuble CCIA devant abriter les bureaux de la BAD, tout comme ceux des infrastructures scolaires en réhabilitation.


Sections Connexes

Contact