Le Président Donald Kaberuka appelle à des partenariats accrus pour combattre le Sida

14/02/2014
Share |

Plus de photos

A Londres, Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement (BAD), a participé à la dernière série de consultations de la commission dont il est membre, créée sous l’égide conjointe du Programme des Nations unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et de la revue scientifique The Lancet.

Le président de la BAD a tenu à souligner, le 13 février à Londres, l’importance cruciale du capital humain dans la création de richesses et la croissance inclusive. Il a également appelé la communauté internationale – dont les banques multilatérales de développement – à aider à mettre en place un environnement favorable à l’amélioration des politiques budgétaires et des mesures de protection à l’échelle nationale.

« Il faut plus que de l’argent pour construire une économie autonome, capable de mettre un terme à la pauvreté, et instaurer une “prospérité partagée”, pour reprendre le mot de mon ami Jim Kim [président de la Banque mondiale, ndlr] : les apports de fonds internationaux doivent s’accompagner d’appels à la responsabilité nationale, a déclaré Donald Kaberuka. Et nous estimons que le moment de le faire est propice. Actuellement, les deux tiers des pays d’Afrique subsaharienne connaissent une croissance de 6,2 % ».

Et le président de la BAD d’ajouter : « Un pays peut, par exemple, posséder du pétrole, mais être dépourvu de système de gestion financière publique, et ne pas savoir comment concevoir des filets de protection. Je pense que nous pourrions tous nous impliquer et l’aider à instaurer un filet de sécurité sociale efficace. C’est, à mon avis, un bon partenariat, qui pourrait fonctionner ».

« Nous avons besoin de partenariats interinstitutionnels, qui englobent des banques comme la nôtre, la Banque mondiale et d’autres encore, a poursuivi Donald Kaberuka. Nous avons besoin de plus d’argent, provenant de la solidarité et de ressources nationales, mais il nous faut travailler de façon plus intelligente et aller de l’avant ».

Créée en mai 2013 et intitulée “ONUSIDA-Lancet : Vaincre le sida – Promouvoir la santé mondiale”, cette commission, à laquelle appartient le président de la BAD, est coprésidée par Joyce Banda, présidente de la République du Malawi, Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine, et Peter Piot, directeur de la prestigieuse London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM).

Après celle qui s’était tenue au Malawi en juin 2013, cette deuxième et dernière série de consultations, qui s’est déroulée dans la capitale britannique les 13 et 14 février 2014, devrait déboucher sur un rapport majeur, qui sera bientôt publié prochainement dans la revue médicale The Lancet.