Kaberuka souligne l’importance du financement et de l’entretien des infrastructures au “Times CEO Forum”

02/05/2013
Share |

A une rencontre de responsables d’entreprises africaines auquel il  participait le 30 avril 2013 à Londres, le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka,  a indiqué que l’un des problèmes majeurs auquel le secteur des infrastructures fait face est  le financement et l’entretien.  C’était au “The Times CEO Summit Africa 2013”, organisé par le journal londonien “The Times’’.  Il a également dit que si  le déficit financier ne peut être entièrement assuré par le capital africain, servir de levier pour le trouver est une solution.

Pour Kaberuka,  en termes de financement,  des distinctions sont à opérer.  Il y a  d’abord les projets que seuls les Etats peuvent financer.  C’est le cas de ceux spécifiques aux besoins d’un secteur d’activité particulier, tel que le  transport des biens des zones minières vers les ports.  Il y a  ensuite  les projets particulièrement indiqués pour les Partenariats Public-Privés (PPP) et enfin les autre projets qui sont hautement attractifs pour le secteur privé.  Pour cette raison, a-t-il dit, il est important de s’assurer que le capital est alloué de manière efficace, qu’il va aux bons projets et que les ressources sont attribuées de manière efficace.

Le président de la BAD a également dit qu’en plus de l’investissement dans les nouvelles infrastructures, des ressources suffisantes doivent être allouées à l’entretien de l’existant, un aspect dont on ne parle pas  assez. Il a en outre  mentionné qu’on a par le passé trop insisté sur le  risque africain ; et  les gouvernements et les institutions ont dû alors payer le prix fort pour accéder au capital.  Pour lui, il est important de faire une réévaluation  afin de refléter le risque véritable associé au financement des infrastructures en Afrique.