Le Kenya obtient 22 millions de dollars de prêts pour restaurer les infrastructures agricoles et les moyens d’existence ruraux

30/04/2009
Share |

Tunis, le 29 avril 2009 - Le Conseil d'administration du Fonds africain de développement (FAD), le guichet  concessionnelle du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), a approuvé mercredi à Tunis, un prêt de 15 millions d'unités de compte (UC *), soit 22,4 millions de dollars pour financer un Projet de Restauration de l’infrastructure agricole et des moyens d’existence en milieu rural (RFIRLP).

Le projet a pour objectif de restaurer la production agricole, ainsi que les moyens d’existence pour 19.000 ménages d’agriculteurs déplacés par les violences post-électorale dans les districts de Molo et de Uasin Gishu, dans la province de la Rift Valley.

Le projet, qui sera exécuté sur trois ans (2009-2012), comprend trois composantes : les infrastructures sur les exploitations agricoles, les services d’intrants agricoles et la coordination des activités du projet.

Il constitue une réponse à l’urgence post-électorale suite aux violences survenues lors des élections organisées au Kenya en 2008, au cours desquelles de nombreuses personnes ont perdu la vie, et des milliers d’autres, y compris des agriculteurs, ont perdu leurs maisons ainsi que leurs moyens d’existence. La Stratégie de réconciliation nationale et de relèvement social et économique d’urgence du gouvernement kenyan, dotée d’un montant de 31,47 milliards de shillings kenyans (276 millions d’UC) et publiée en avril 2008, a identifié la redynamisation du secteur agricole, en particulier dans les provinces de la Rift Valley, de Nyanza et de l’Ouest, de même que la reconstruction des biens perdus, y compris les propriétés familiales rurales, comme étant des domaines clés où il faut mener des actions visant à remédier aux effets des violences post-électorales sur l’économie et relancer la production agricole.

Le RFIRLP constitue la réponse de la Banque à l’appel lancé, et sa conception, de même que sa durée sont basées sur les meilleures pratiques déjà utilisées par d’autres donateurs ainsi que le gouvernement dans la zone. Le financement pour le projet est la contribution de la Banque à l'appel, et de sa conception et sa durée sont fondées sur les meilleures pratiques déjà utilisées par d'autres donateurs et le gouvernement de la région. Il est en ligne droit avec le Plan à moyen terme (PMT)  du pays de 2008 à 2012, et de sa Vision 2030. Il est également en ligne avec le document de Stratégie pays (2008 – 2012), qui vise la création d'emplois comme le défi le plus urgent face au pays dans son combat pour répondre aux pressions socio-économiques et les besoins de la reconstruction découlant de la violence post-électorale.

Le projet profitera à une population d’environ 100.000 personnes (19.000 ménages) précédemment des agriculteurs déplacés qui font leur retour. Il inversera le déficit alimentaire actuel dans la zone ciblée et même accroîtra de 15 % le volume des produits agricoles commercialisés.

Le projet est estimé à 16,673 millions d’UC. L’apport de la Banque représente 90 %, du coût tandis que la contribution du gouvernement et des bénéficiaires est de 1,673 million d’UC, soit 10 % du coût total.

________________________________________
*1UC = 1,49 507 $EU = 116,93 KES au 29/04/2009