La BAD acheminera 43 millions de dollars en provenance du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) afin de stimuler la résistance de l’Afrique au climat

23/07/2012
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) a obtenu et mettra en œuvre des ressources supplémentaires d'un montant de 43 millions de dollars pour stimuler la résistance de l'Afrique au climat. Ces ressources ont été obtenues à la 42ième Réunion du Conseil du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) du 5 au 7 Juin 2012, qui a approuvé trois initiatives qui offriront des avantages considérables aux pays africains pour une meilleure gestion des forêts, le transfert de technologies liées au climat et pour l'engagement du secteur privé dans les énergies renouvelables. En outre, ces ressources devraient mobiliser 360 millions de dollars de cofinancement.

Le projet de conservation de l’écosystème de la rivière Mano et de gestion internationale des ressources en eau vise à renforcer et introduire de nouveaux efforts de conservation dans la forêt de Haute Guinée, qui couvre une partie de la Sierra-Leone, la Guinée, la Côte d'Ivoire et le Libéria. Cette zone unique en termes de biodiversité comporte environ 9000 plantes vasculaires, desquelles 25 pour cent sont endémiques. L’augmentation de la population, des opportunités économiques limitées pour les populations locales et le manque de capacité institutionnelle pour concevoir et appliquer des mesures de gestion des écosystèmes menacent cet écosystème important, qui s’est effondré à 15% de sa taille originale (la surface restante actuelle est estimée à 93 000 Km2). La Banque canalisera une subvention du FEM de 6,3 millions de dollars au Secrétariat de l’Union du fleuve Mano pour la mise en œuvre des plans de gestion intégrée des terres et de l'agroforesterie et le développement d’une gestion durable des eaux transfrontières, y compris une analyse de diagnostic et une stratégie.

Le projet du centre de technologie pour la lutte contre les changements climatiques est conçu pour soutenir le développement et le transfert de technologies respectueuses du climat dans les pays africains comme un moyen pour aider à réduire les gaz à effet de serre (GES) et la vulnérabilité au changement climatique. Le projet de trois ans fournira une plateforme de diffusion des connaissances et rassemblera des acteurs clés pour élaborer des mécanismes de financement innovants pour l'atténuation et le transfert de technologies d'adaptation à travers le continent. Le projet sera cofinancé par le FEM à hauteur de 15,8 millions.

Enfin, le programme de la BAfD pour une plateforme de partenariat public-privé pour les technologies énergétiques renouvelables servira à promouvoir le renforcement des technologies énergétiques renouvelables en Afrique par le biais de cofinancements qui ne reposent pas sur des subventions. En soutenant des projets qui augmentent l'alimentation électrique à partir de sources d'énergie renouvelables, ce programme de trois ans permettra d'élargir la portée du FEM et contribuera à la livraison d'une alimentation électrique universelle et des réductions de GES sur le continent. Le FEM contribuera à hauteur de 21,6 millions de dollars à ce programme alors que le cofinancement de la BAD est estimé à 70 millions de dollars, ce qui mobilisera environ 170 millions de dollars du secteur privé. En outre, des synergies seront trouvées avec d'autres parrainées par d’autres instruments parrainés par la Banque et qui favorisent les technologies énergétiques renouvelables telles que le Fonds pour les technologies propres (CTF), le Programme de mise à l’échelle des énergies renouvelables dans les pays à faible revenu (SREP) et le Fonds pour l'énergie durable pour l'Afrique (SEFA).