La BAD alloue 38 millions d’euros à Coris Banque internationale en appui au secteur privé du Burkina Faso

23/11/2016
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé le 23 novembre à Abidjan, l’octroi, par le biais de son guichet du secteur privé, d’une ligne de crédit (LDC) de 38 millions d’euros à Coris Banque internationale (CBI) au Burkina Faso.

La BAD se réjouit à double titre de cette collaboration avec la CBI en ce qu’elle lui permet de contribuer à soutenir le secteur privé au Burkina Faso et d’apporter son concours à la CBI, un groupe bancaire à capitaux africains doté d’une vision et d’une volonté de dupliquer dans la sous-région son modèle d’affaires.

Créée en 2007, la CBI est aujourd’hui l’une des banques leader sur le marché bancaire du Burkina Faso. En 2015, elle présentait un total bilan de 648 milliards de F CFA, des fonds propres de 50 milliards de F CFA, et dégageait un résultat net de 15 milliards de F CFA.

La CBI est notamment la 2e banque du Burkina Faso du point de vue des emplois, la 3e en termes de collecte de ressources et la 1ere par les profits réalisés. Elle détient l’un des portefeuilles de prêts les plus sains du Burkina Faso avec un taux de prêts non performants net de 0,5%. La CBI présente le 2e réseau commercial le plus étendu du Burkina Faso avec 37 agences desservant plus de 200 000 clients. Elle est par ailleurs présente au travers de ses filiales en Côte d’Ivoire, Mali et Togo et s’apprête à démarrer ses opérations au Sénégal et au Bénin.

Première banque du Burkina Faso à être certifiée ISO 9001 en 2010, la CBI inscrit son action dans une approche de proximité avec les clients, en particulier avec le segment PME/PMI son cœur de cible. Elle apporte ainsi d’importants financements aux PME/PMI, lesquelles constituent 80% des opérations (en nombre) et 35% (en volume), ce qui a suscité l’intérêt de la BAD.

Les fonds de la LDC seront destinés en priorité au financement des besoins en capitaux à moyen et long terme d’une quarantaine d’entreprises, majoritairement des PME/PMI ainsi que quelques instituts de microfinance (IMF). En ligne avec les axes prioritaires de la BAD, les secteurs visés sous la ligne de crédit concerneront principalement les secteurs de la transformation et de l’exportation de produits agricoles, les services (tels que la santé, l’éducation), la construction (notamment de logements sociaux), ainsi que le transport.

Le projet aura une contribution positive au Plan national de développement économique et social (PNDES) lancé par l’Etat du Burkina Faso et entre en adéquation avec les 5 grandes priorités stratégiques de la Banque, (les « High 5 » ou cinq domaines prioritaires de l’institution) notamment « Eclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie », « Nourrir l'Afrique », « Intégrer l'Afrique », « Industrialiser l'Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des Africains ».

La mise en œuvre du projet devrait ainsi permettre au travers du soutien apporté au secteur privé de déboucher sur d’importantes créations d’emplois directs et la génération de taxes additionnelles au profit de l’Etat du Burkina Faso. Elle devrait également donner la possibilité aux PME/PMI ainsi qu’aux IMFs récipiendaires des fonds d’accéder à des ressources financières à moyen et long termes. En outre, grâce au projet la CBI avec l’assistance technique de la BAD a pu se doter d’un système de gestion des effets environnementaux et sociaux de ses opérations, répondant aux normes internationales.


Sections Connexes

Contact