La BAD contribue à l’intégration régionale en Afrique centrale par le secteur du transport

05/07/2013
Share |

 

L’intégration régionale est au cœur du mandat du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Le Groupe  investit des ressources considérables pour soutenir des initiatives visant à lever les obstacles au processus sur le continent africain.

Ainsi, la décision prise le 14 juin 2013 par les Chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) de rendre effective, dès le 1er janvier 2014, la libre circulation des personnes dans l’espace communautaire est en adéquation avec la  stratégie de la BAD. Celle d’une Afrique prospère et capable de se prendre en charge et intégrée au plan régional, tout comme à  l’économie mondiale.

Le soutien de la BAD à l’intégration des pays de l’Afrique centrale est consacré par le Document de stratégie d’intégration régionale (DSIR) pour la période  2011-2015. L’objectif spécifique de la stratégie est la réduction de la pauvreté à travers le développement des infrastructures régionales et le renforcement des capacités institutionnelles et humaines des dix pays de la CEMAC. Les Etats bénéficiaires sont l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, Sao Tomé et Principe et le Tchad.

En outre, les interventions de la BAD contribuent à accroître les échanges commerciaux intra régionaux, à améliorer l’accès des populations aux services de transport, d’électricité, de télécommunication et à consolider la croissance dans le secteur privé non-pétrolier.

Un autre impact, entre autres,  est  la mise en valeur du potentiel agricole et minier de la région. Le Groupe de la BAD apporte aussi son appui, à la gestion de l’environnement et à  la promotion du secteur privé non pétrolier.

Au nombre des travaux réalisés par la BAD en matière d’infrastructures en Afrique centrale il y a la facilitation du transport sur le corridor Cameroun-Nigeria par la construction de la route Kumba-Mamfé dans le Sud-ouest du Cameroun. Une route longue de 151 km qui s’avère vitale pour les échanges commerciaux. Son financement s’est élevé à 72 millions USD.

Toujours dans le secteur des transports, il y a le bitumage de la route Koumra-Sarh (110 km) au Tchad.  Inaugurée en février 2013, cette route est un acquis indéniable pour la sous-région.

Sont aussi à mettre à l’actif de la BAD les interventions en cours tels que les programmes de facilitation du transport au Tchad, en RCA, au Cameroun et dans l’espace CEMAC. Ces ouvrages sont : Fougamou-Mouila, La Léyou-Lastoursville et Ndendé-Lébamba, d’une longueur totale de 245,6 km.