La BAD et le Maroc signent un accord de prêt de 157 millions $, pour développer le secteur financier

15/07/2016
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) et le Royaume du Maroc ont signé, jeudi 14 juillet 2016 à Abidjan, un accord de prêt de 157 millions de dollars EU, destiné à soutenir le Programme d’appui au renforcement de la stabilité et de l’inclusion financière (PARSIF) du Maroc.

Cet appui a pour but de contribuer à créer les conditions nécessaires pour affermir davantage la stabilité et le caractère inclusif du secteur financier marocain, en renforçant le financement de l’économie – notamment des très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) –, tout en améliorant la qualité de vie de la population.

Le PARSIF vient ainsi consolider et approfondir les acquis des trois phases précédentes du Programme d’appui au développement du secteur financier (PADESFI), mises en œuvre de façon fort satisfaisante entre 2009 et 2015, en intégrant de nouvelles priorités  : renforcement de la viabilité du secteur de la retraite et amélioration des conditions de vie des retraités, renforcement de l’accès au financement des petits exploitants agricoles et des start-up innovantes... Le programme entend  notamment redynamiser les investisseurs institutionnels que sont les compagnies d’assurances et les caisses de retraite, afin qu’ils jouent un plus grand rôle dans le financement de l’économie, tout en améliorant leur caractère inclusif.

Le PARSIF répond ainsi aux orientations stratégiques du Programme du gouvernement marocain, qui vise à améliorer l’accès aux services financiers tant de la population – surtout les segments les plus vulnérables –, que des entreprises – notamment des TPME –, tout en veillant à la qualité de la gouvernance du secteur financier pour l’aligner sur les normes et standards internationaux.

Pour la cérémonie de signature, le Maroc était représenté par son ambassadeur en Côte d’Ivoire, Mustapha Jebari. L’administrateur de la BAD pour le Maroc, le Togo et la Tunisie, Abdelmajid Mellouki, ainsi que le vice-président par intérim de la BAD en charge des infrastructures, de l’intégration régionale et du secteur privé, Stefan Nalletamby, outre le secrétaire général par intérim de la BAD Ossey Pinzi, représentaient la Banque.

Monsieur l’ambassadeur Mustapha Jebari a confirmé la forte volonté et l’engagement du Maroc à « partager son expérience en matière de modernisation du secteur financier avec les autres pays africains ». Ce, dans le souci majeur, que partagent de nombreux autres pays africains, d’accélérer l’émergence du continent africain.

« Fort des bons résultats de ses opérations, la Banque est encouragée à poursuivre son appui au Maroc pour consolider et amplifier les acquis en matière de résilience, d’assainissement et d’approfondissement du secteur financier », a déclaré le vice-président de la BAD Stefan Nalletamby, saluant l’exemplarité des relations entre la BAD et le Maroc, notamment dans le secteur financier..

Ce programme vient renforcer la présence, déjà active, de la Banque dans le processus de réformes du secteur financier. À ce jour, les engagements cumulés de la Banque au Maroc s’élèvent à près de 2,38 milliards d’euros, avec 35 opérations en cours d’exécution. Un tel niveau d’engagement témoigne de la qualité et de l’intensité du partenariat entre le Maroc et la Banque africaine de développement.


Sections Connexes

Contact