La Facilité africaine de l’eau promeut l’accès à l’eau potable et l’assainissement pour les populations rurales du Bénin

05/11/2012
Share |

13 communes des départements de l’Atacora et de Donga au Bénin, verront leur capacité à réaliser et gérer efficacement des infrastructures et services d’eau potable et d’assainissement améliorée grâce à un don de 1 million d’euros de la Facilité africaine de l'eau (FAE) pour soutenir un projet de  PROTOS Bénin.  Ce don a été approuvé par la Banque africaine de développement (BAD) le 25 octobre 2012, et le projet devrait bénéficier à près de 900 000 habitants.

PROTOS Bénin est une organisation non-gouvernementale dédiée à l’amélioration de la gestion des ressources en eau.

Le don servira à soutenir le processus de décentralisation des services d’adduction en eau potable, hygiène et assainissement (AEPHA) de l’Atacora-Donga. Cette décentralisation est par ailleurs jugée essentielle afin d’accélérer la performance du Bénin dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) en matière d’eau potable et d’assainissement.  

La méthodologie utilisée pourrait être réutilisée pour la mise en œuvre de  projets similaires  dans  l’ensemble des 77 communes du Bénin, totalisant  près de 9 millions d’habitants, et dans d’autres pays.

«Nous soutenons la démarche du Bénin dans la décentralisation des services d’accès à l’eau potable et  l’assainissement, une approche nécessaire pour mieux subvenir aux besoins des habitants  les plus pauvres et les plus isolés du pays», a déclaré Akissa Bahri, coordinatrice de la Facilité africaine de l'eau.

Elle ajoute : « La méthode d’apprentissage par la pratique proposée par PROTOS, et l’approche globale de la filière eau et assainissement, incluant à la fois les communes, les administrations décentralisées et les entreprises spécialisées, sont un gage de réussite»

Plus spécifiquement,  le projet vise  à renforcer les capacités des 13 communes de l’Atacora et de Donga dans le secteur l’AEPHA, tant en matière de construction d’infrastructure, que de gestion et d’entretien des ouvrages. Il a aussi pour objectif la mise en œuvre effective du rôle de conseil des services de l’État auprès des communes dans les départements, et une professionnalisation du secteur privé, gestionnaires des ouvrages, également par le renforcement de leur compétence.

D’autre part, des formations seront offertes aux communes pour leur permettre de développer des stratégies et plans d’atténuation des effets négatifs des changements climatiques sur l’approvisionnement en eau potable, l’hygiène et l’assainissement.

La durée du projet est estimée à trois ans et le coût  total à  1,75 million d’euros, lequel sera cofinancé également par PROTOS (0,5 million €) et les communes (0,25 million €).