Lancement du Projet Dorsale à fibre optique d’Afrique centrale

10/12/2015
Share |

La Banque africaine de développement et le Cameroun ont procédé le lundi 30 novembre, à Yaoundé, au lancement officiel  de la composante du Cameroun du Projet Dorsale à fibre optique d’Afrique centrale communément appelé en anglais Central Africa Backbone (CAB), projet  prioritaire dans le cadre du Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA). La mission de lancement s’est achevée le 2 décembre 2015.

L’objectif global de ce projet est de contribuer à la réduction du coût élevé des télécommunications/TIC sur le climat des affaires dans la sous-région, à la création d’emplois sous toutes ses formes et à l’extension de la production des biens et services contribuant à la réduction de la pauvreté.

Plus spécifiquement, le projet CAB-Cameroun vise à poser le socle d’une véritable économie numérique basée sur les e-services en complétant le gap infrastructurel et applicatif existant à travers: l’extension de la dorsale nationale à fibre optique sur 5 axes prioritaires sur un linéaire de 916 km ; la mise en œuvre des applications et services TIC (e-Poste, e-Banking et Système d’Information des Marchés et Climatique);  un appui institutionnel afin de renforcer les capacités des relais de développement des TIC (centres communautaires et de promotion de la femme, établissements d’enseignement supérieur, etc.) et préparer la suite du projet.

 D’un coût total de 46,301 millions d’euros, la Banque contribue à travers un prêt sur le guichet BAD de 37,304 millions d’euros soit près de 24,5 milliards de FCFA. Ce financement étant complété par une contrepartie nationale à hauteur de 7,427 millions d’Euros et un don FEM de 1,726 millions de dollars EU.

La cérémonie de lancement a été présidée par la ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng et a vu la participation de son homologue en charge de la promotion de la Femme et de la Famille, Marie-Thérèse Abena Ondoa,  ainsi que d’autres officiels (secrétaires et directeurs généraux, inspecteurs, etc.) représentant les différentes parties prenantes du projet au Cameroun.

Dans son discours de lancement, le ministre des Postes et Télécommunications a remercié la Banque pour le financement apporté dans le cadre de ce projet structurant au vu des externalités positives et du rôle catalyseur des TIC dans tous les secteurs socioéconomiques du pays.

Elle a également rappelé dans son mot tous les efforts déjà entrepris par les autorités camerounaises pour l’accès à des services TIC de qualité au plus grand nombre, et en particulier dans les villes et villages du pays et de l’intérieur, tout en soulignant les composantes du projet dévolues au désenclavement numérique.

Quant au représentant de la Banque à la rencontre, Ali Cissé, chargé de programme pays au Bureau de la BAD au Cameroun, il a  réitéré l’engagement de la Banque dans le développement des infrastructures et des usages des TIC aux fins d’une croissance inclusive et verte au Cameroun. Il a par ailleurs souligné l’importance d’une finalisation diligente des conditions d’entrée en vigueur du prêt et de premier décaissement afin de permettre le démarrage des travaux conformément au chronogramme établi, conformément aux nouvelles dispositions de la nouvelle Directive présidentielle au niveau de la BAD.

Le reste de la mission jusqu’au 2 décembre 2015 a été consacré aux formations sur les acquisitions, la gestion financière et les décaissements au profit du staff de l’Unité de Coordination du Projet (UCP) déjà en place au sein du Ministère camerounais des Postes et Télécommunications (MINPOSTEL) et des rencontres avec les différentes entités bénéficiaires du projet.