Lancement du rapport BAD / OCDE 2005 : l’Afrique a le vent en poupe

17/05/2005
Share |

Lancement du rapport BAD / OCDE 2005 : l’Afrique a le vent en poupe

Ce rapport, qui en est à sa quatrième édition, confirme une tendance observée par les experts: l’Afrique enregistre ses meilleures performances économiques depuis longtemps. « En 2004, l’activité économique en Afrique a progressé de plus de 5%  et si certains pays sont toujours aux prises avec de graves difficultés – notamment la catastrophe humanitaire du Darfour au Soudan, l’effondrement économique du Zimbabwe et les conflits en Côte d’Ivoire et dans certaines régions du Congo RDC – les perspectives sont plus favorables pour la plupart des pays africains qu’elles ne l’avaient été depuis longtemps » souligne le rapport.

Plusieurs facteurs sous-tendent ce redressement: l’expansion mondiale, alimentée notamment par la hausse de la demande de produits de base et un relèvement de leurs cours ; une augmentation significative de l’aide accordée à l’Afrique, portée surtout par des allégements de dette et l’aide d’urgence ; et l’amélioration de la stabilité macro-économique. La croissance a été dopée par la mise en exploitation de nouveaux gisements pétroliers en Afrique australe et centrale, la reprise de la production agricole après la sécheresse qui a sévi dans certains pays d’Afrique australe, centrale et orientale en 2003 et un certain recul de l’insécurité. Autre bonne nouvelle, l’invasion de criquets en 2004, en Afrique du Nord et de l’Ouest notamment, a eu un impact plus faible que prévu. L’inflation est tombée à des planchers historiques, malgré l’envolée des cours du brut. La balance commerciale et les finances publiques se sont améliorées dans de nombreux pays, surtout pour ceux qui exportent du pétrole et des minerais.

En outre, des évolutions timides – mais positives – au niveau de l’aide et des échanges sont venues soutenir l’activité économique sur le continent. L’Afrique est le continent qui a le plus bénéficié de la reprise de l’aide, accordée pour l’essentiel au titre des allégements de dette et de l’aide d’urgence. Le NEPAD, le consensus de Monterrey sur le financement du développement (2002) et la mise en œuvre de l’initiative pour les pays pauvres très endettés (PPTE) – qui a allégé le fardeau de la dette – ont eu des effets positifs. Malgré tout, les volumes demeurent insuffisants pour permettre à la plupart des pays d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) d’ici 2015. Seuls six pays d’Afrique – en Afrique du Nord pour l’essentiel – devraient parvenir à réduire de moitié le nombre de personnes vivant avec moins d’un dollar par jour.

Le rapport évalue aussi les initiatives, lancées en 2005, visant à accroître le niveau et l’efficacité de l’aide. Il analyse les accords cadres issus des négociations commerciales multilatérales de Doha. Ainsi que les conséquences du démantèlement de l’accord multifibres pour les pays exportateurs de textile (dont Madagascar, Maurice et les pays d’Afrique du Nord) face notamment à la concurrence, prévisible, de la Chine.