Lancement de «La finance au service de l’Afrique : au-delà de la crise»

15/09/2011
Share |

Le Partenariat “La finance au service de l’Afrique’’ (MFW4A) lancera  officiellement à Addis Abeba, le 15 septembre 2011, une nouvelle publication phare “La finance en Afrique : au-delà de la crise”.

La publication jette un regard neuf sur les systèmes financiers en Afrique à la lumière des changements importants survenus dans l’architecture financière mondiale à la suite de la crise financière de 2008.
C’est une publication conjointe de la Banque africaine de développement (BAD), de la Banque mondiale et du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement. Elle a pour auteurs Thorsten Beck, Samuel Munzele Maimbo, Issa Faye et Thouraya Triki.

Le lancement de l’ouvrage fait partie des activités prévues dans le cadre du Forum 2011 du Partenariat « La finance au service de l’Afrique » que la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) abrite à Addis-Abeba en Ethiopie, avec le concours de l’Union africaine. Plus de 300 experts du secteur financier, issus de 40 pays, prendront part à la réflexion qui sera engagée, en plénière et en ateliers, autour des conclusions du rapport.

“A travers ce rapport, nous voulons saisir les tendances actuelles, identifier les défis permanents et mettre en évidence les opportunités intéressantes qu’offre le système financier africain. Nous espérons contribuer au débat relatif au secteur financier en cours sur le continent, depuis quatre ans, dans le cadre du Partenariat La Finance au service de l'Afrique’’, explique le professeur Beck, de l'Université de Tilburg aux Pays-Bas.

La session plénière sera consacrée aux principales conclusions de ‘‘La finance en Afrique : au-delà de la crise’’. Les intervenants seront le professeur Beck, Gaiv Tata, de la Banque mondiale, S. Kal Wajid, chef de division au FMI, Ralf Schröder, premier conseiller à la Coopération au développement régional de l’Union africaine, Emmanuel Nnadozie, directeur du Développement économique et de la division NEPAD à la CEA, Arnold Ekpe, directeur général d'ECOBANK, Ligoya Perks, gouverneur de la Banque centrale du Malawi, et Lamin G. Barrow, représentant résident de la BAD en Éthiopie. Les travaux de la séance plénière auront pour modérateur Stefan Nalletamby, coordinateur du Partenariat MFW4A.

Les participants, comprenant des experts des institutions financières africaines et internationales, des responsables gouvernementaux, des responsables des banques centrales, et d'éminents chercheurs, auront l’occasion de discuter des sujets identifiés par les auteurs comme des domaines d’action prioritaires. Les auteurs présenteront la publication au cours de la réception prévue dans la soirée à l'Hôtel Hilton.

‘‘Nous nous réjouissons de pouvoir rassembler les intervenants du secteur financier du continent et du monde entier pour débattre des défis et opportunités du secteur financier en Afrique’’, a déclaré Stefan Nalletamby, coordinateur du Partenariat MFW4A.

La publication aborde un certain nombre de défis de l'Afrique, tels que l’élargissement et l’approfondissement des systèmes financiers actuels, l’allongement de la maturité des contrats de financement et la protection des systèmes financiers. Les auteurs reconnaissent que toutes les politiques relatives au secteur financier ont un caractère local, et prennent soin de ressortir les différences entre les catégories afin de distinguer les pays à faible revenu des pays à revenu intermédiaire, de même que les petites économies de celles qui ont une plus grande envergure. En outre, le livre met un accent particulier sur les économies riches en ressources et les pays sortant d’un conflit.

« Une taille unique ne convient pas à tous», souligne Samuel Munzele Maimbo, spécialiste principal pour le secteur financier à la Banque mondiale. « Aussi importants que soient les points communs au continent, il est essentiel de reconnaître que chacun des 54 pays est confronté à des difficultés qui lui sont particulières. »

Pour préparer la publication ‘‘La finance en Afrique : au-delà de la crise’’, MFW4A a organisé une tournée de consultations à travers le continent africain. Celle-ci a offert aux auteurs une excellente occasion de présenter leurs conclusions préliminaires et de solliciter les commentaires et les suggestions de plus de 80 participants représentant 50 institutions africaines et partenaires au développement. Le livre a également bénéficié de données portant sur 47 pays et de neuf missions d'enquête ainsi que de nombreux rapports de recherche regroupant des analyses et des données complémentaires visant à compléter et enrichir ce document.

« Par rapport à la précédente publication, notre analyse a bénéficié d'un éventail beaucoup plus large de données fiables sur la profondeur et la portée des systèmes financiers à travers le continent, ainsi que des informations sur les cadres réglementaires », explique Issa Faye, économiste principal à la BAD.

On trouvera aussi, dans ‘‘La finance en Afrique : au-delà de la crise’’, une analyse des pays d'Afrique du Nord, ce qui donne une portée panafricaine à l’étude. Ainsi, la publication couvre-t-elle l’ensemble de l'Afrique et offre des données plus fiables sur le continent et toute une panoplie d'expériences. Ce qui en fait un document de référence pour les experts chargés de l’élaboration des politiques financières.
« L'expérience unique des pays d'Afrique du Nord enrichit l'analyse et fournit des points de référence supplémentaires », souligne Thouraya Triki, économiste principal au département de la Recherche à la BAD.

Logé à la BAD, le secrétariat du Partenariat « la finance au service de l’Afrique »  est une initiative visant à soutenir les secteurs financiers africains. Pour les gouvernements africains, pour les secteurs privé et public ainsi que les partenaires au développement actifs sur le continent, le Partenariat représente une plateforme unique servant de point référence en matière de savoir sur le développement du secteur financier en Afrique.