Le Lesotho souscrit à la Facilité africaine de soutien juridique

20/05/2014
Share |

Le Royaume du Lesotho a souscrit à la Facilité africaine de soutien juridique (dite en anglais ALSF), lundi 19 mai à Kigali, devenant ainsi le 57e État à rejoindre l’ALSF.

Ratifié en marge d’une réunion de haut niveau du Conseil de gouvernance de l’ALSF – placée sous la thématique : « Réduction des écarts de capacités dans les négociations de contrats : quatre ans de la Facilité africaine de soutien juridique » –, l’accord a été signé par le ministre des Finances du Lesotho, Leketekete Ketso et le directeur de l’ALSF, Stephen Karangizi.

A cette occasion, Leketekete Ketso a indiqué que son pays procédait actuellement à l’examen de plusieurs de ses politiques mises en place dans les années 1970, concernant l’industrie minière et des minéraux – une démarche qui profiterait grandement de l’expertise de l’ALSF.

Et le ministre de déclarer que le gouvernement négociait également un certain nombre de Partenariats public-privé (PPP) complexes, et qu’il avait besoin de bons projets de loi pour mettre en œuvre sa politique.

L’ALSF a été instaurée en 2010, à la demande des ministres africains des Finances, pour faire face aux trop nombreux contentieux existant avec des créanciers (fonds vautour) et aider les pays africains dans la négociation de contrats commerciaux complexes.

La Facilité aide les États africains dans le cadre de plusieurs dizaines de projets portant sur des contrats dans l’industrie extractive, les négociations de la dette et le renforcement des capacités.

L’adhésion à l’ALSF est ouverte à toute nation souveraine, ainsi qu’aux organisations internationales.

Cette réunion de haut niveau s’est déroulée dans le cadre du programme des Assemblées annuelles de la Banque, qui abrite l’ALSF.