BAD : une expertise partagée pour le bien de tous dans le minier international

10/02/2015
Share |


Des compagnies minières,  investisseurs, ministres,  régulateurs,  décideurs politiques  ainsi que la société civile  et les médias internationaux se réunissent au Cap à l’occasion de la Conférence annuelle (ou Indaba) de l’investissement minier en Afrique et, dans ce cadre, la Banque africaine de développement  met en œuvre un programme de travail bien chargé.

Outre les nombreuses réunions que les dirigeants de la BAD tiendront avec des représentants clés du secteur extractif, tout au long de la conférence, qui se déroule du 9 au 12 février, la Banque organise trois événements. Il est prévu que des représentants de la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF), du Centre africain des ressources naturelles,  le Département de la recherche sur le développement et du Centre des ressources de l’Afrique australe  de la Banque participent à la réunion du Cap.  

Le premier événement organisé par la BAD  est une séance d’information spéciale  assortie d’une discussion de groupe organisées en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) sous le titre « Exploiter les ressources minières au profit du développement humain ».

L’événement présentera les premières conclusions du rapport intitulé Maximizing the Impact of Extractives for Human Development in Africa [Maximiser l’impact des industries extractives en faveur du développement humain en Afrique], une publication conjointe de la Fondation Gates et de la BAD à paraître au mois de mai 2015. La discussion tournera autour des options de politiques qui s’offrent à huit pays africains dotés de ressources extractives récemment découvertes, et de la meilleure manière d’orienter une partie de la richesse découlant de ces nouvelles ressources en faveur de la stimulation du développement humain.

Les coanimateurs de cette rencontre seront Steve Kayizzi-Mugerwa, économiste en chef par intérim et vice-président du Groupe de la Banque africaine de développement, et  Ayo Ayayi, directeur pour l’Afrique de la Fondation Bill et Melinda Gates. Le deuxième événement prendra la forme d’un forum ministériel et sera ouvert par un représentant de la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF) de la BAD, qui contribue à soutenir les Etats africains afin qu’ils négocient de meilleurs contrats avec les promoteurs et les opérateurs de projets. Des présentations par des ministres chargés des activités minières de l’Angola, de la République démocratique du Congo, du Kenya, du Niger et de la Zambie s’ensuivront. 

La Banque organisera une autre séance d’information spéciale de deux heures intitulée « Partage des ressources, partage des valeurs et bénéfices ». Cette discussion se penchera sur le meilleur moyen pour la richesse générée par les ressources naturelles de l’Afrique d’engendrer plus de bénéfices pour les peuples d’Afrique et d’accélérer le développement humain sur le continent. Les membres du panel  seront, entre autres,  Steve Karangizi, directeur de l’ALSF, des représentants de la Banque mondiale, ainsi que ceux du Conseil international des mines et des métaux (CIMM), du Ministère britannique du développement international (DFID), et du Conseil pour la recherche scientifique et industrielle en Afrique du Sud.

La BAD partagera son expertise sur la manière dont le secteur peut améliorer les résultats du développement de projets miniers en vue d’un bénéfice mutuel, tant pour les gouvernements que pour les investisseurs. Cet événement permettra aussi de sensibiliser le public aux activités de la Banque dans le secteur des mines et des services miniers.  

Les projets miniers que la BAD soutient incluent par exemple le prêt OCP (Office chérifien des phosphates) au Maroc, le Projet d’extraction du nickel Ambatovy à Madagascar et le Projet d’extraction de sables minéraux Moma au Mozambique.

La BAD mobilise également des ressources techniques et financières pour soutenir le projet d’extraction de minerai de fer de Simandou en Guinée, qui requiert des investissements de l’ordre de 20 milliards de dollars US.