Le Liberia et la Tanzanie mesurent la portée du potentiel de transformation de l'énergie renouvelable financé par le FIC

24/10/2012
Share |

En septembre 2012, les Gouvernements du Libéria et de la Tanzanie ont ouvert leurs portes aux fonctionnaires des Fonds d'investissement climatiques (FIC) et à leurs partenaires d'exécution, dont la BAD, pour commencer à explorer l'élaboration de plans d'investissement au titre du programme de valorisation à grande échelle des énergies renouvelables dans les pays à faible revenu (SREP).

Au Libéria, le gouvernement s'est engagé à accélérer l'expansion de l'accès à l'électricité, avec une stratégie ambitieuse pour atteindre la couverture d'électricité de 70 pour cent de la population de Monrovia, et 35 pour cent au niveau national d'ici à 2030. Le plan d'investissement du SREP pour les énergies renouvelables (IPRE) se concentrera sur les options d'extension en réseau et hors réseau pour le secteur, à l'aide d'énergies renouvelables, d'une manière conforme aux objectifs du gouvernement.

En Tanzanie, le gouvernement s'est engagé dans sa Vision 2025 à transformer le pays en un pays à revenu intermédiaire d'ici 2025 avec une économie prospère et une grande qualité de vie pour ses citoyens. L'un des piliers de cette vision est de parvenir à un accès à l'électricité à hauteur de 30% à travers le pays d’ici 2015. Le plan d'investissement du SREP soutiendra et s’alignera avec les plans de développement du large secteur énergétique, particulièrement le plan directeur du secteur énergétique et le prospectus d'électrification rurale.

Le Libéria et la Tanzanie sont deux des sept pays du « deuxième lot » des pays pilotes sélectionnés pour bénéficier des investissements du SREP. Le SREP soutient des programmes ayant un potentiel de mesures de transformation à grande échelle visant à renforcer la transformation des énergies renouvelables dans les pays à faible revenu. Le FIC encourage la coopération internationale sur le changement climatique et soutient les pays en développement à mesure qu'ils progressent vers un développement résilient au climat et à faible émission de carbone.