Le Libéria adhère à l'intiative pour la Transparence dans les industries extractives (ITIE)

18/07/2007
Share |

La BAD apporte son appui à la mise en œuvre

Le Libéria est devenu le 14e pays africain à adhérer à l'initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), une coalition mondiale de gouvernements, de compagnies, de groupes de la société civile et d'investisseurs qui s’emploie à garantir que les revenus des industries extractives comme le pétrole, le diamant et l’or sont utilisés pour le développement des pays d'où ils sont extraits et contribuent à l'amélioration des conditions de vie des populations.

L’initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) au Libéria a été lancée à l'hôtel de ville de Monrovia le 10 juillet par la Présidente du Libéria, Ellen Johnson-Sirleaf, en présence des partenaires internationaux au développement, dont la BAD, le secteur privé et les organisations de la société civile. L'adhésion du Libéria est unique en ce sens qu'elle va au-delà du pétrole, du gaz et d'autres produits miniers pour inclure des ressources forestières dans la mise en œuvre de l'initiative. Le Libéria est donc un pionnier dans ce domaine et servira de projet pilote pour l'extension future de l'initiative à d'autres secteurs.

«Aujourd'hui, nous faisons face à une opportunité historique pour transformer cette «malédiction» des ressources naturelles en bénédiction. Les Nations Unies ont récemment levé l'embargo sur les exportations de diamant du Libéria. Cette décision a été précédée par la levée de l'embargo sur l'exportation du bois l'année dernière. L'ouverture de ces secteurs vitaux donnera un coup de fouet à notre économie. Des milliers de Libériens auront des possibilités d'emplois et pourront acquérir des compétences précieuses. Des millions de dollars d'investissement dont nous avons tant besoin parviendront aux pays. Cela prendra un peu de temps, mais le processus est en cours ; cela se produira », a déclaré la Présidente Johnson-Sirleaf.

Le Libéria, a-t-elle affirmé, est un paradoxe en ce sens que malgré les richesses dont il regorge, sa population demeure pauvre. Tous les Libériens doivent jouir des avantages des ressources naturelles, a-t-elle souligné. Les ressources minières et forestières devraient, à elles seules, générer des millions dans les années à venir, en termes de recettes et de devises, a-t-elle indiqué, ajoutant que si elles sont bien gérées, ces recettes devraient entraîner une forte hausse des revenus de l’État devant servir à la construction d'écoles, de centres de santé, de routes et d'autres services sociaux actuellement inexistants.

« Loin de contribuer à la lutte contre la pauvreté, les richesses provenant des ressources naturelles du Libéria ont été pillées. La corruption qui était de mise par le passé a permis à une poignée d’individus de se remplir les poches tandis que l'immense majorité des Libériens était privée du fruit des ressources du pays », a déclaré Mme Sirleaf, qui a relevé qu'au lieu de faire progresser nos pays, l'exploitation de nos ressources naturelles nous a fait davantage reculer.

La Présidente a déclaré que l’ITIE s'inscrit dans le droit fil de la détermination du gouvernement à mettre un terme à la corruption endémique du passé, en soulignant qu'au cours des 18 derniers mois, le gouvernement a pris certaines mesures visant à garantir la reddition de comptes publics et l’amélioration de la gouvernance.

«  Aujourd'hui », a-t-elle déclaré, « le gouvernement du Libéria exprime son soutien sans réserve à la mise en œuvre de l'initiative pour la transparence dans les industries extractives », en soulignant que la participation du pays à cette initiative s'appuie sur les efforts additionnels que déploie le gouvernement pour le respect de la transparence dans le secteur minier forestier, y compris la participation de l'État au processus de Kimberley en vue de la certification ainsi qu’au processus de garde au titre de sa nouvelle loi sur la gestion des forêts.

M. Peter Eigen, Président du Conseil international de l’ITIE, a envoyé une lettre dont le contenu a été rendu public lors du lancement de l’initiative par le ministre des Finances, Mme Antoinette Sayeh. Dans sa lettre M. Eigen a décrit le lancement de l'initiative comme « une illustration appropriée d’un nouveau jour prometteur pour le Libéria » qui montre l'engagement du gouvernement pour la bonne gouvernance et la transparence et démontre sa volonté de travailler avec la société civile.

L’ITIE s’emploiera à garantir que les ressources naturelles du Libéria - minières, forestières et éventuellement pétrolières, servent l'intérêt du peuple et non l’enrichissement des individus. Cela se fera à travers la publication de tous les paiements faits par les compagnies minières, pétrolières et forestières à l'État et au personnel de l'État. La réconciliation des données sur les paiements et les revenus sera confiée à un administrateur indépendant et fera l’objet d’audits externes.

L’initiative sera supervisée par un comité directeur composé de membres issus du gouvernement, de la société civile, du secteur privé et des partenaires internationaux au développement. Mme Tove Strauss, qui représentait le groupe de la BAD à la cérémonie de lancement, a déclaré que la Banque apportera son appui au processus de mise en oeuvre de l’ITIE.

Un groupe de travail mis sur pied à l'échelle de la Banque a préparé un document sur la manière dont la BAD peut aider ses pays membres à maximiser, dans une logique de responsabilité et de transparence, l'impact des revenus des industries extractives sur le développement, après l'adoption de l'initiative en octobre 2006. Le groupe de travail a spécifiquement recommandé que la Banque appuie la mise en oeuvre de l’ITIE dans ses pays membres régionaux, en fournissant l'assistance technique et financière aux pays n'ayant pas les capacités institutionnelles requises pour mettre l’initiative en oeuvre.

L’ITIE a été lancée en 2002 par l'ancien premier ministre du Royaume-Uni, Tony Blair lors du Sommet mondial sur le développement durable tenu à Johannesbourg. L’initiative vise à s’assurer que les revenus provenant des ressources naturelles contribuent à la transformation des économies nationales et à la réduction de la pauvreté dans les pays riches en ressources. Les pays qui mettent en oeuvre les principes de l’ITIE s'engagent à renforcer la transparence dans la gestion des revenus découlant des ressources naturelles et les citoyens s'engagent à tenir les gouvernements responsables de l'utilisation faite de ces revenus.

L'adhésion du Libéria à l'initiative porte à 22 (dont 14 pays africains) le nombre de pays ayant adhéré à l'ITIE sur les 53 pays riches en ressources naturelles du monde.

CONTACT: Felix Njoku – Tel: +216 71 10 26 12 – E-mail: f.njoku@afdb.org

Unité des relations extérieures et de la communication– Tel.: +216 71 10 29 16 – Fax: +216 71 10 37 52 – E-mail: comuadb@afdb.org

 


Contact

Felix Njoku Téléphone: +216 71 10 26 12